Un baiser lesbien provoque un scandale en Egypte

Le film Hina Maysara crée une vive polémique en Egypte, où il est diffusé depuis le mois de décembre. En cause, les scènes évoquant l’homosexualité. Des érudits musulmans appellent les Egyptiens à boycotter le film et l’un d’entre eux entend poursuivre son réalisateur, Khaled Youssef, et les deux actrices qui s’embrassent dans le film.

Hina Maysara[[Hina Maysara signifie « jusqu’à nouvel avis », en français]]. C’est le nom du film de Khaled Youssef que de nombreux habitants du pays des Pharaons s’empressent de découvrir dans les salles obscures égyptiennes depuis décembre. L’évocation de l’homosexualité, au travers de deux femmes qui échangent un baiser, semble jouer un rôle majeur dans cet engouement. Un engouement que des érudits musulmans espèrent voir décliner après leur appel à boycotter ce film.

Plusieurs professeurs de l’université Al-Azhar, au Caire, dénoncent en effet une promotion de l’homosexualité et de la débauche. L’un d’entre eux, Elwi Amin, a expliqué à la chaîne télévisée Al Arabiya que le lesbianisme n’existe pas en Egypte et a mis en cause « l’influence de la culture occidentale immorale qui contrôle les médias ». Un professeur d’études islamiques à l’université du Caire a pour sa part appelé les autorités à poursuivre Khaled Youssef, que l’on connaît mieux en tant qu’assistant de Youssef Chahine, ainsi que Ghada Abdel-Razeq et Sumaya Al-Khasab, les actrices qui s’embrassent.

Critiqué sans avoir été vu

« Quiconque regarde ce film réalisera que cette scène était importante pour le déroulement de l’histoire et n’a pas été incluse juste pour faire sensation », a rétorqué Sumaya Al-Khasab, ne regrettant pas une seconde d’avoir joué son rôle. Le réalisateur a quant à lui refusé de discuter avec ceux qui critiquent Hina Maysara sans même l’avoir vu. « Beaucoup m’accusent d’apostasie et d’immoralité seulement en se basant sur l’affiche du film », s’est-il plaint.

L’opposition que rencontre Hina Maysara fait penser à celle qui avait ciblé L’Immeuble Yacoubian, sorti en 2006. Inspiré du best-seller éponyme d’Alaa Al-Aswani, le film de l’Egyptien Marwan Hamed raconte entre autres l’histoire d’amour entre un policier marié et un rédacteur en chef. Le grand prix du long-métrage de la Biennale des cinémas arabes de 2006 avait passé avec succès l’épreuve de la commission de censure de l’Egypte. Cependant, 112 des 454 parlementaires du pays avaient demandé à ce que les passages évoquant l’homosexualité soient coupés…

En Egypte, pays majoritairement musulman, les relations entre personnes du même sexe restent taboues. Elle n’est pas légalement réprimée mais des homosexuels ont été arrêtés à plusieurs reprises pour « débauche » ou encore « offense contre les mœurs et la sensibilité publiques ».

Voir des images de « Hina Maysara »