Un aspirateur – broyeur de criquets

L’inventeur sénégalais Cheikh Guèye est à l’origine d’un projet prometteur : un aspirateur broyeur de criquets. Une idée économique et écologique qui pourrait apporter un coup de main efficace aux pays sahéliens, actuellement assaillis par des essaims de ces insectes qui ravagent les cultures et les pâturages.

Aspiré et broyer. L’inventeur renommé sénégalais Cheikh Guèye a mis au point une machine destinée à aspirer puis broyer les criquets pèlerins qui ravagent les cultures et les pâturages du pays. Une invention qui pourrait se révéler très utile contre cet ennemi ailé qui sévit actuellement dans plusieurs pays de la sous-région ouest-africaine. Le projet, toujours à l’état de croquis, promet d’être plus économique et écologique que les pesticides utilisés pour traiter l’invasion des insectes.

Réponse citoyenne à l’appel du Président

Pour combattre les criquets, le Président Abdoulaye Wade avait fait appel à ses concitoyens pour trouver des moyens de participer à la lutte anti-acridienne. C’est dans ce cadre que Cheikh Guèye a eu son idée. « Il m’a présenté les plans de la machine qu’il voulait mettre au point parce qu’il n’a pas le bagage technique qu’il faut pour la matérialiser », explique Ousmane Chiaw, chef de travaux du lycée technique Maurice Delafosse de Dakar.

Le projet pourrait être décliné sous deux formes. « Un humvee (sorte de 4×4, ndlr) sera équipé d’un gros tuyau en plastique et flexible relié à une sorte d’aspirateur qui prendra les criquets, les nids et les larves posés sur les feuillages ou sur l’herbe. Ils se retrouveront dans une boite où ils seront broyés avant d’être rejetés dans la nature. Elle permettra de traiter de grandes surfaces, comme les champs ou les pâturages. Mais il ne sera pas efficace sur les essaims qui sont trop éparses dans l’air. La pulvérisation restera alors le meilleur moyen de se débarrasser des insectes », commente Ousmane Chiaw.

Un aspirateur-broyeur en bandoulière

Au final, le binôme espère aussi, et surtout, donner vie à une version plus légère. Elle consisterait à se servir d’un système identique, mais « que les jeunes peuvent mettre en bandoulière », a expliqué Cheikh Guèye au journal sénégalais Le Messager. Moins cher que le précédent projet, il « permettra en plus à chaque sénégalais de traiter le problème en ne dépensant pas d’argent pour le véhicule et le carburant », estime Ousmane Chiaw. Autre avantage de l’aspirateur à bandoulière, il permettra de « rompre avec l’utilisation des pesticides qui peuvent créer d’énormes dégâts à notre couvert végétal », Cheikh Guèye. Des biologistes devraient très prochainement informer les deux partenaires sur les conséquences de leur méthode sur l’environnement.

Cheikh Guèye démarches des organismes qui luttent contre les criquets pour financer la matérialisation de son invention. Si ses efforts se révèlent fructueux, Ousmane Chiaw et Cheikh Guèye espèrent que la machine aidera le Sénégal, mais qu’elle servira aussi dans d’autres pays. Car « il ne sert à rien de traiter le Sénégal sans s’occuper aussi du Mali et de la Mauritanie voisins », conclut le chef de travaux. Un pour tous et tous pour un.