Un an après le coup d’Etat militaire contre Alpha Condé, que devient la Guinée ?


Lecture 2 min.
Alpha Condé avec les Forces spéciales
Alpha Condé assis au milieu des Forces spéciales

Cela fait un an, jour pour jour, que l’ancien chef de l’Etat guinéen, Alpha Condé, a été évincé du pouvoir par la junte militaire dirigée par le colonel Mamady Doumbouya. Ce dernier était alors le chef des Forces spéciales de Guinée, en charge de la sécurité présidentielle.

Nous sommes le dimanche 5 septembre 2021, très tôt le matin, la nouvelle circule sur la Toile. «Guinée : coup d’Etat en cours contre Alpha Condé», titrait Afrik.com. Ce fut le début d’une chaude journée. Des coups de feu nourris avaient rythmé cette matinée des paisibles citoyens guinéens. Paisibles certes, mais qui ne vivaient pas dans la paix, puisque le Président d’alors venait de leur imposer un troisième mandat contre leur volonté.

Au prix de plusieurs pertes en vies humaines, Alpha Condé avait réussi à faire sauter les verrous de la limitation des mandats présidentiels à deux et s’était taillé une Constitution sur mesure. A peine réélu, le Président de l’époque lançait une traque contre l’opposition et tentait de casser les associations de la société civile, notamment le FNDC (Front national de défense de la Constitution). C’était toutefois sans compter avec la junte militaire.

Très tôt ce 5 septembre, un nom circulait : Mamady Doumbouya. Jusque-là méconnu du grand public, on apprend que l’auteur du putsch contre Alpha Condé n’est autre que le patron des Forces spéciales de Guinée. L’homme à qui Alpha Condé avait confié la gestion de sa sécurité. «Depuis 8 heures du matin, des tirs à l’arme automatique retentissent à Kaloum, quartier des affaires, administratif et siège du palais présidentiel», rapportait le média local Guinée News.

Lire : Guinée / Maroc annulé : Halilhodzic raconte le putsch vécu en direct

«Toutes les rues ont été désertées, pendant que les tirs nourris continuent. Des militaires, visiblement mécontents, vident les chargeurs de leurs armes, alors que les habitants de Kaloum restent terrés, terrorisés et inquiets », avait ajouté le journal. Des incidents vécus jusqu’au Maroc, puisque les Lions de l’Atlas, en compagnie de leur coach Vahid Halilhodzic, étaient en terre guinéenne pour un match comptant pour la deuxième journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2022.

L’équipe marocaine avait réussi à quitter la Guinée sans problème et le pouvoir arraché par la junte militaire. Depuis, une année s’est écoulée et la Guinée n’a pas encore retrouvé la stabilité escomptée. Pire, l’opposition, dirigée par Cellou Dalein Diallo, craint de revivre les années de braise d’Alpha Condé, avec la cascade d’arrestations dans les rangs de la société civile, dont le FNDC, mais aussi les restrictions dans les libertés, notamment celle de manifester.

Lire : Guinée : coup d’Etat en cours contre Alpha Condé

Avatar photo
Journaliste pluridisciplinaire, je suis passionné de l’information en lien avec l’Afrique. D’où mon attachement à Afrik.com, premier site panafricain d’information en ligne
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter