Un adolescent asphyxié dans une voiture en Guadeloupe

Dimanche, au Gosier, en Guadeloupe, un jeune garçon de 13 ans est resté enfermé dans un véhicule 4×4 haut de gamme de marque allemande. Le système de fermeture centralisée aurait empêché l’enfant de sortir. Il est mort par asphyxie.

Notre correspondante à Pointe-à-Pitre

La famille rentrée d’une soirée vers 4 heures du matin au domicile familial a oublié l’enfant endormi sur la banquette arrière. Ce n’est qu’en milieu de journée que le père a découvert le corps du jeune Harold, 13 ans, le cadet de la famille, dans le véhicule familial.
Les secours n’ont rien pu faire pour le sauver. Le jeune garçon aurait tenté de briser les vitres, et même d’utiliser une paire de ciseaux afin de sortir du véhicule dont les vitres teintées et l’habitacle insonorisé sont devenus un tombeau.

En l’état actuel de l’enquête menée par la police, il semblerait qu’un bouton situé à l’arrière du véhicule aurait pu permettre à l’enfant de sortir mais qu’il n’en aurait pas eu la connaissance.
Une information qui n’a pas été confirmée par le responsable de la concession à Baie-Mahault qui propose ce type de véhicules.
« Quand on ordonne la fermeture centralisée, il est impossible d’ouvrir de l’intérieur. Les quatre portes sont condamnées », a expliqué le responsable interrogé par téléphone qui a ajouté que cela fait «20 ans que la marque s’est équipée de ce système qui est censé être un système anti vol ».

Un système de fermeture dangereux

La marque allemande n’est pas le seul constructeur à avoir opté pour ce système de sécurité antivol.
D’autres marques européennes également.
Le plus inquiétant c’est qu’il y a eu un autre cas en Guadeloupe.
Il y a quelques semaines, au début des vacances, une jeune femme a été enfermée par son compagnon dans un véhicule à l’aide de ce système de fermeture centralisée, sans doute par vengeance. Elle ne pouvait pas ouvrir les portes et elle a dû attendre entre deux à trois heures pour sortir avec l’aide des secours.

« Ce système devrait être revu, il est dangereux », a affirmé le Dr Lupéron, chef du Samu, interrogé ce matin par téléphone dont le service doit intervenir dans ce type de cas.
L’enquête de la police devrait établir avec plus de précisions tous ces éléments de responsabilités dans cet incident tragique.