Un acteur majeur de l’Internet africain s’engage dans le lobbying

Alan Knott-Craig, président de la holding sud-africaine Johnnic, propage activement à travers le monde : il faut investir dans les télécoms pour connecter l’Afrique, maintenant !

Alan Knott-Craig a du flair, il l’a prouvé et il compte bien continuer à s’en servir. Le développement de ses affaires, ces dernières années, a donné à ses intuitions un poids croissant dans tous les débats sur l’avenir économique de l’Afrique.

Alan Knott-Craig préside la holding Johnnic E-ventures, qui contrôle directement plusieurs sites web parmi les plus consultés d’Afrique du Sud : on citera simplement I-Net Bridge, le Sunday Times et le fleuron, le très respecté Business Day.

Alan Knott-Craig veut plus. Non content d’être un patron de start-up non endetté – c’est suffisamment rare pour être souligné -, il s’apprête à développer un véritable bouquet de  » places de marché virtuelles « , à la fois pour le commerce entre entreprises (B2B) et pour le commerce à destination des particuliers (B2C).

 » Réseaux décrépits « 

Alan Knott-Craig, cependant, n’a pas (pas encore ?) la folie des grandeurs. En tous cas, pas au point d’oublier qu’une entreprise n’est rien sans la bonne santé du marché où elle évolue. C’est pourquoi il prend régulièrement son bâton de pèlerin, afin de défendre la nécessité d’investir des milliards (son unité de compte favorite) dans les télécoms africains. Son credo est simple, et partagé par tous les spécialistes. Plutôt que de  » dépenser des milliards à réparer des réseaux filaires décrépits « , vient-il d’écrire dans son Business Day,  » déployons des réseaux sans-fil par satellites, souples et plus efficaces.  » C’est ainsi, par exemple, que  » le Nigeria, dont la densité téléphonique n’est que de 0,3 %, accomplira à son tour la révolution de l’Internet.  »

Alan Knott-Craig n’a peur ni de l’avenir, ni des comparaisons audacieuses. Dans une conférence récente aux Etats-Unis, il a expliqué que l’Ouganda est sans doute plus avancé que l’Amérique du Nord en matière de téléphonie mobile :  » Ma théorie tient. Les réseaux américains sont analogiques, ceux que nous avons installés à Kampala sont digitaux.  » Il suffisait d’y penser.

Alan Knott-Craig pense beaucoup, et parfois le résultat est une idée très concrète : pour connecter l’Afrique du sud jusqu’au nord, il suffira d’installer des satellites dont les opérateurs seront basés en Afrique du Sud. Peut-être que Johnnic pourrait s’en charger.