Tunisie : vers la fin de la pénurie de lait ?


Lecture 2 min.
arton41510

La création d’une nouvelle unité de production de lait à Sidi Bouzid devrait mettre fin au problème de pénurie de lait en Tunisie.

Le directeur général de l’Agro-alimentaire au ministère de l’Industrie, de l’Energie et des Mines, Noureddine Aguerbi, en est convaincu : « Avec la création de la nouvelle unité de production de lait de Sidi Bouzid, la Tunisie ne sera plus confrontée au problème de pénurie de lait, durant la période de basse lactation, ni de surproduction en période de hausse lactation ». Cette nouvelle unité, inaugurée en juin 2014, vient s’ajouter aux sept autres déjà opérationnelles en Tunisie.

L’unité de Sidi Bouzid devrait assurer une production journalière de 200 mille litres de lait, et devra atteindre, en 2015, une production de 400 mille litres de lait par jour. Au total, la production de lait en Tunisie est estimée à 1100 millions de litres par an, dont 30% sont destinée à la consommation privée des éleveurs, a indiqué à l’agence TAP M. Aguerbi. Quant au reste, c’est-à-dire près de 850 millions de litres, il est réservé à l’industrialisation, pour la fabrication de dérivés du lait : fromage, yaourt… (300 millions de litres) et la production de lait stérilisé par traitement à haute température (500 millions de litres), ce qui correspond à la consommation annuelle de la population, rapporte Babnet.

« Les Tunisiens consomment entre 1300 et 1500 mille litres de lait par jour, alors que durant la période de basse lactation, la production journalière de lait destinée à l’industrialisation (lait et dérivés) ne dépasse pas 1400 mille litres. Au contraire, en période de hausse lactation, cette production grimpe à 2200 mille litres par jour. Une production qui sert à la fois pour satisfaire les besoins des citoyens et pour le stockage », a-t-il expliqué.

Selon M. Aguerbi, le problème de pénurie de lait qui se pose en période de basse lactation (en automne), est dû à la « régression des quantités de lait produites, ce qui engendre une frénésie d’achat, et partant l’aggravation du déficit en lait sur le marché, malgré l’importation de quantités de lait pour assurer l’équilibre entre l’offre et la demande ».

L’unité de Sidi Bouzid a nécessité un investissement de 60 millions de dinars et a donné accès à 300 postes d’emploi.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter