Tunisie : une centaine de ressortissants américains évacués de Tunis

Les Etats-Unis ont commencé à évacuer leurs ressortissants vivant à Tunis, la capitale tunisienne. L’ambassade américaine y a été prise pour cible ce vendredi par les manifestants, opposés au film L’innocence des musulmans. Ces violences anti-américaines se sont propagées dans tout le Maghreb et dans plusieurs pays du monde arabo-musulman. On parle d’une vingtaine de pays touchés.

L’opération rapatriement a commencé. Suite à l’attaque contre l’ambassade américaine de Tunis, la capitale tunisienne, les Etats-Unis ont entamé le rapatriement de leur personnel non-essentiel mais également de leurs ressortissants vivant sur place. Au total, une centaine d’Américains ont été rapatriés ce dimanche sur un vol de la compagnie tunisienne Tunisair. Les manifestions anti-américaines, imputées au film L’innocence des musulmans jugé islamophobe, ont causé la mort de quatre personnes en Tunisie.

« Les ressortissants américains ont été évacués dimanche », a confié à l’AFP une source diplomatique. « L’embarquement s’est déroulé dimanche dans un terminal spécial de l’aéroport de Tunis-Carthage, avec une grande discrétion, au moment où des militants salafistes participaient aux obsèques de quatre personnes tuées lors d’une manifestation vendredi », précise l’Agence française de presse.

La décision des autorités américaines est critiquée par Tunis. Elyes Fakhfakh, ministre tunisien du Tourisme, juge ce lundi que l’exfiltration des fonctionnaires de l’ambassade des Etats-Unis est « un peu exagérée ». Avant de reconnaître les erreurs des forces de l’ordre tunisiennes : « Il y a eu une réaction qui a été mal gérée, les forces de sécurité ont été débordées alors que c’était un événement qu’on aurait pu anticiper ».

Pour réchauffer les relations entre les deux pays, l’ambassadeur américain Jacob Walles a été reçu par le ministre tunisien des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem. L’occasion pour lui de constater les dégâts causés à l’école américaine saccagée ce vendredi par les manifestants. Un bâtiment qui devrait être remis sur pied par la Tunisie d’ici à sa réouverture, le 21 septembre.

Ces manifestations en Tunisie ont également causé une dizaine de blessés. Ces violences anti-américaines auraient, pour l’heure, gagné une vingtaine de pays arabo-musulmans dans le monde.

Lire aussi :

 Tunisie : la manifestation dégénère