Tunisie : témoignage d’un ex-détenu de la CIA

Deux Tunisiens préalablement détenus au secret par l’Agence centrale de renseignements (CIA) des États-Unis ont décrit des techniques de torture non documentées à ce jour, jetant ainsi un nouvel éclairage sur les débuts du programme de détention de la CIA, a déclaré Human Rights Watch. Les deux hommes, Ridha al-Najjar, 51 ans et Lotfi al-Arabi El Gherissi, 52 ans, ont affirmé – lors d’entretiens séparés – avoir été violemment frappés avec des matraques, menacés d’être placés sur une « chaise électrique », soumis à diverses formes de torture par l’eau, et suspendus par les bras au plafond de leur cellule durant de longues périodes.

Les États-Unis ont renvoyé les deux hommes en Tunisie le 15 juin 2015, après qu’ils eurent passé 13 années en détention sans avoir été inculpé ni jugé . Aucun des deux hommes n’a reçu d’indemnisation ou de soutien suite à la détention abusive et aux tortures subies, ni d’aide pour surmonter les préjudices physiques et mentaux occasionnés. Aujourd’hui, les deux hommes sont démunis, inaptes au travail et subissent les conséquences de graves traumatismes physiques et psychologiques qui résultent directement — selon eux — de leur détention par les États-Unis.

« Ces témoignages terrifiants sur des méthodes inédites de torture employées par la CIA montrent qu’il reste encore beaucoup à savoir sur le programme de torture qu’avaient mis en place les États-Unis », a déclaré Laura Pitter, juriste senior chargée des questions de sécurité nationale auprès du Programme États-Unis à Human Rights Watch. « La libération de ces deux hommes sans que les États-Unis ne leur accordent aide ou réparation au titre des tortures et souffrances endurées montrent également le long chemin qu’il reste à parcourir par la CIA pour tourner la page de son programme de torture. »

Human Rights Watch