Tunisie : mise en place d’une taxe douanière, les Algériens en colère

Les autorités tunisiennes imposent depuis ce week-end une taxe douanière très controversée d’une valeur de 30 DT (environ 13 euros). Cette mesure a été adoptée par les députés de l’Assemblée nationale constituante (ANC) cet été.

Très contestée, les autorités tunisiennes imposent depuis ce week-end une taxe douanière d’une valeur de 30 DT (environ 13 euros). Cette mesure a été adoptée par les députés de l’Assemblée nationale constituante (ANC) cet été.

Les touristes étrangers de retour de ce pays devront s’acquitter de cette taxe pour quitter le territoire. La mesure ne concerne pour le moment que les conducteurs de véhicules, en attendant qu’elle soit généralisée dès le 1er octobre prochain à tous les touristes désirant quitter la Tunisie. Les touristes algériens et tout particulièrement les professionnels du transports ont eu la mauvaise surprise d’être informés de l’application de cette taxe au moment de traverser les postes frontaliers d’El Ayoun et d’Oum Teboul pour rentrer en Algérie.

En signe de contestation, une centaine de transporteurs algériens ont décidé de bloquer le tronçon routier, long de 6 kilomètres, reliant Babouche, la ville tunisienne, à El-Ayoun en Algérie. Dimanche, plusieurs routiers étaient toujours bloqués dans cette localité depuis plus de 36 heures. Ces camionneurs algériens, qui barraient la route à tous les véhicules tunisiens voulant entrer en Algérie, notamment pour se ravitailler en carburant, attendaient une réponse à leurs doléances : rentrer au pays sans s’acquitter des 30 dinars tunisiens. Les autorités tunisiennes s’étaient engagées à régler le problème. Les transporteurs algériens ont appelé les autorités de leur pays à appliquer le principe de réciprocité en imposant une taxe aux Tunisiens lorsqu’ils se rendent en Algérie.

Dans les éditions de ce week-end d’El Watan et du Soir d’Algérie, on décrit une ambiance de « pagaille » et d’« anarchie ». La confusion règne autour de l’application de cette taxe. Des médias tunisiens ont rapporté que la taxe ne sera pas appliquée aux Algériens, sauf que l’information n’a pas été confirmée ni infirmée…