Tunisie : le gouvernement facilite le retour des djihadistes repentis

Le ministre tunisien des Affaires étrangères a annoncé ce mardi que son pays va aider ses djihadistes repentis à rentrer au pays. Il est rentré en contact avec eux afin de faciliter leur retour.

La Tunisie tend la main à ses djihadistes repentis. En effet, ce mardi, Taieb Baccouche, le ministre des Affaires étrangères, a annoncé que son pays qui fournit un nombre important de combattants en Syrie, compte venir en aide à ses djihadistes pris de remords, afin qu’ils rentrent au pays. Il a déjà pris contact avec eux afin de faciliter leur retour.

Selon Taieb Baccouche, «des canaux de communication ont été ouverts avec de djihadistes tunisiens souhaitant rentrer au pays et nous coordonnons leur retour». Des négociations sont en cours avec le gouvernement syrien sur le sort des ressortissants détenus dans le pays. Le gouvernement a déjà procédé à des dizaines de retours. Près de 3 000 Tunisiens se trouvent actuellement en Syrie pour y faire le djihad.

Des chiffres revus à la hausse par l’ONU qui estime que plus de 5 500 Tunisiens combattent actuellement en Syrie et en Libye. Le Premier ministre Habib Essid s’attèle quant à lui à empêcher les jeunes Tunisiens de partir faire le djihad. Prés de 15 000 jeunes Tunisiens ont été empêchés de rejoindre les zones de conflit. L’ONU estime que 80% d’entre eux rejoignent les rangs du groupe terroriste État islamique.

En Tunisie, depuis la révolution de 2011, le pays doit faire face à une expansion de mouvances djihadistes commettant plusieurs attaques dans le pays. Plusieurs soldats et policiers ont été tués par des groupes armés depuis 2011. Le gouvernement craignant de nouvelles attaques sur son territoire depuis les attentats contre le musée Bardo à Tunis et sur une plage de Sousse a décrété l’état d’urgence et instauré un mur à la frontière libyenne.