Tunisie : la peine de 3 ans de prison confirmée en appel contre Rached Ghannouche


Lecture 3 min.
Rached Ghannouchi
Rached Ghannouchi

La peine de trois ans de prison a été confirmée par la Cour d’appel de Tunis à l’encontre du chef du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi. La condamnation de l’opposant intervient dans le cadre de l’affaire dite de « lobbying ».

La Chambre d’appel de Tunis a rendu, vendredi, un verdict contre Rached Ghannouchi. Ce dernier, actuellement en prison. Ainsi, la peine de 3 ans de prison a été confirmée en appel contre le président du mouvement Ennahdha. Une condamnation par contumace a aussi rendue contre son gendre, Rafik Abdessalem, ancien ministre des Affaires étrangères actuellement en cavale.

A la suite de soupçons de financements étrangers reçus par des partis tunisiens pour soutenir leurs campagnes électorales de 2019, des poursuites judiciaires contre des partis ont été engagées. Il leur est reproché des financements étrangers. C’est ainsi qu’une enquête été déclenchée, en juillet 2021, contre plusieurs partis.

Obtention de financements étrangers

Le mouvement Ennahdha, le parti Qalb Tounes et l’association Aïch Tounsi était au banc des accusés. « L’affaire est liée à l’obtention de financements étrangers, dans laquelle le verdict a également statué que le mouvement Ennahdha devra être condamné en la personne de son représentant légal à une amende financière égale à la valeur des fonds étrangers obtenus, estimé à 1 170 478, 35 dollars », déclare le porte-parole du tribunal.

Il a jouté qu’au mois de « février dernier, le ministère public a fait appel des décisions préliminaires liées à cette affaire, qui remontent au mois de mars 2022 ». Le mouvement Ennahdha avait contesté ce verdict qualifié d’injuste. En plus de démentir les accusations selon lesquelles leur leader aurait reçu de l’argent de l’étranger.

Ghannouchi placé sous mandat de dépôt

La chambre criminelle spécialisée dans les crimes de corruption financière près le Tribunal de première instance de Tunis a rendu, en février dernier, son verdict. Trois ans de prison était prononcé contre Ghannouchi et son gendre, Rafik Abdessalem. Agé de 82 ans, Ghannouchi avait été arrêté le 17 avril 2023 et placé sous mandat de dépôt. Il avait déclaré que la Tunisie serait menacée d’une guerre civile.

Le 15 mai, Ghannouchi a été condamné à un an de prison pour apologie du terrorisme dans le cadre d’une autre affaire. Condamnation qui intervenait à la suite d’une plainte l’accusant d’avoir traité les policiers de « tyrans ». La peine avait été durcie en appel à 15 mois de prison ferme par un tribunal tunisien.

Avatar photo
Je suis passionné de l’actualité autour des pays d’Afrique du Nord ainsi que leurs relations avec des États de l’Union Européenne.
Newsletter Suivez Afrik.com sur Google News