Tunisie : la demande de libération provisoire de Nabil Karoui acceptée

Nabil Karoui

L’homme d’affaires Nabil Karoui, candidat au second tour de l’élection présidentielle anticipée en Tunisie, a réussi à obtenir de la Cour de cassation une liberté provisoire. Il pourra ainsi battre campagne durant quelque deux jours.

Selon les avocats de Nabil Karoui, la Cour de cassation a approuvé, ce mercredi 9 octobre 2019, la demande de libération provisoire formulée par le candidat en détention pour blanchiment d’argent et évasion fiscale. Un combat gagné, selon ses proches, qui disent continuer à porter le combat pour l’acquittement définitif de leur candidat, « victime d’acharnement de la part des institutions judiciaires » de ce pays d’Afrique du Nord.

Le maintien en détention du candidat Nabil Karoui avait fini par provoquer le malaise en Tunisie. Certains membres de l’ISIE, l’instance en charge de l’organisation des élections, avaient même crié au scandale, dénonçant le caractère impartial du scrutin, avec notamment un des deux candidats du second tour retenu en prison.

Position partagée par International Crisis Group qui insistait que l’incarcération de Nabil Karoui mettait « en péril tout le processus électoral » en Tunisie. Pour sa part, I Watch insistait que « seul l’acquittement peut garantir la liberté d’un accusé et non le fait d’être candidat aux élections », invitant « le peuple tunisien à ne pas faire pression sur la justice ».

A lire : Tunisie : la justice rejette une nouvelle demande de libération de Nabil Karoui

Incarcéré depuis le 23 août 2019, le candidat du parti Qalb Tounes a vu ses nombreuses demandes de libération provisoire rejetées par les différentes juridictions. Après plusieurs tentatives, il pourra finalement mener sa campagne électorale, au même titre que son concurrent Kais Saied, pour le second tour qui aura lieu le 13 octobre.