Tunisie : Fabius et Désir au secours des Femen françaises

Malgré la promesse du président français François Hollande de ne pas interférer dans les affaires internes tunisiennes, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius ainsi que le Premier secrétaire du Parti socialiste ont réclamé la clémence de la justice tunisienne envers les trois Femen, deux Françaises et une Allemande, qui ont manifesté mercredi dernier devant le palais de justice de Tunis en faveur de la libération d’Amina Tyler, la première Femen tunisienne.

La France interfère dans les affaires tunisiennes, en espérant la libération des trois Femen européennes. C’est en tout cas le souhait du ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et celui du Premier secrétaire du Parti socialiste (PS), Harlem Désir.

« La justice est indépendante mais enfin je souhaite qu’elle fasse preuve de clémence », a déclaré Laurent Fabius dimanche à l’émission Le « Grand Rendez-vous » d’Europe 1/I-Télé/Le Parisien. Et d’ajouter : la manifestation seins nus des deux Françaises et une Allemande, mercredi dernier devant le palais de justice de Tunis, n’est « pas (selon le chef de la diplomatie française) quelque chose qui mérite une peine dure », a-t-il précisé.

A l’instar du patron du Quai d’Orsay, Harlem Désir, Premier secrétaire du PS a, à son tour, interféré dans les affaires internes tunisiennes en plaidant pour une clémence pour les trois femmes qui ont dévoilé leurs poitrines en soutien à Amina Tyler, la première Femen tunisienne. Ce dernier souhaite qu’elles soient « libérées », a-t-il confié à BFM TV.

Les deux hommes politiques français ont bravé la promesse du président français François Hollande qui a réitéré, vendredi 31 mai lors d’un entretien accordé à France24, RFI et TV5, son « amitié » à la Tunisie, et a affirmé vouloir se démarquer de « toute interférence dans la vie politique tunisienne ».

La justice tunisienne doit se prononcer mercredi 5 juin sur le cas des trois Femen européennes détenues depuis le 29 mai et qui risquent une peine de prison ferme. Reste à savoir si elle donnera satisfaction aux souhaits de Laurent Fabius et Harlem Désir. Amina Tyler a quant à elle écopé d’une amende de 150 euros pour détention illégale de bombe lacrymogène, et risque deux ans de prison pour « association de malfaiteurs », « profanation de cimetière » et « atteinte aux bonnes mœurs ».