Tunisie : euphorie et balles réelles

Quelques minutes après le discours historique de Ben Ali, jeudi soir, Afrik.com était accessible pour la première fois depuis des années en Tunisie, idem pour Youtube, Daylimotion, tous les autres sites, tels que ceux de Reporters sans frontières et de la FIJ, longtemps censurés. Un discours historique de Ben Ali, donc, parce que prononcé en arabe dialectal, parce que faisant l’aveu d’abus de confiance subis de l’entourage, parce que s’adressant aux manifestants, parce que maintes fois répétant« je vous ai compris ». Du jamais vu. Mais cela a-t-il été suffisant pour dissiper les ressentiments? Manifestement, non. Ce vendredi, de violents affrontements ont éclaté à Tunis et l’état d’urgence décrété.

Les internautes découvrent une toile libre et, juste l’après l’allocution présidentielle, les téléspectateurs de la chaîne nationale les visages de Neji Bghouri, Mokhtar Trifi et Bochra Bel Haj Hmida pour la première fois, ces opposants qui étaient interdits de médias depuis des décennies. On critique le président, son entourage et on débat de sujets qu’on aurait jamais osé rêver de voir aborder. Puis, la joie et ses effets positifs retombent. L’émission est soudain interrompue par un flash urgent qui montre des manifestants en gros plan scander, des posters du président à la main. Pas moyen d’en estimer le nombre exact. Plan serré permanent sur une speakerine entourée par une douzaine de manifestants, qu’elle tire, repousse, auxquels elle mime des gestes quand ils s’étalent trop sur leurs cas en oubliant de crier leur joie. Hallucinant, alors que le journalisme se disait libéré de ces pratiques d’un autre âge…

Un correspondant du flash info dans les villes de l’intérieur censé relater la joie des habitants se lance dans un poème dont voici un extrait : « Le président donne de l’amour et le peuple le fait avec lui ! » Retour à l’émission en direct. Le ministre de l’enseignement supérieur, anciennement et durant 11 ans ministre de la justice décrié, déclare ne pas pouvoir assister à l’émission parce qu’il respecte la loi et le couvre feu. Il est déjà presque 21h. Questions : comment les gens ont ils pu manifester leur joie dans la rue (en face du ministère de l’intérieur) alors qu’un couvre feu est instauré ? Le ministre, qui commence par insister sur la disparition de la langue de bois, dit ne pas vouloir parler du passé quand les invités l’interpellent ? Les invités ne commenteront pas mais aborderont néanmoins quelques thèmes essentiels. Le ministre restera flou et imprécis.

On annonce en direct la libération de Slim Amamou et Aziz Amami. Ce dernier intervient en direct pour dire qu’il est partagé entre joie et scepticisme, mais la joie semblait prendre le dessus. Les débats sont quelquefois vifs. Nous envoyons aux intervenants des messages sur leurs portables, ne sachant pas s’ils visionnent le reportage diffusé pendant la coupure, mais ils restent sans réponse. Leurs téléphones sont probablement éteints. Nous décrochons de l’émission, happés par des infos faisant état de la reprise de tirs dans la banlieue de Tunis et quelques cités. Des images parviennent, mais on ne saurait les dater, juste des témoignages de heurts, et aussi d’automobilistes clacksonnant d’euphorie. Appelés sur place, nos interlocuteurs confirment les tirs et les youyous…

Une émission représentative de la situation

Retour à l’émission, un intervenant chargé de recueillir les messages internet se retient en lisant les messages de félicitations, mais il est rappelé à l’ordre par le présentateur qui lui fait remarquer qu’il ne lit pas tout. Tout de suite, il se ravise et fait état EN DIRECT de messages alarmants qui dénoncent des tirs à balles réelles et des interventions troubles du parti au pouvoir. Les présentateurs reprennent le sujet et débattent avec leurs invités les pratiques louches du RCD (le parti au pouvoir), de la corruption qui le gangrène, et l’officiel de répondre : « Nous ne prenons rien du parti, c’est même nous qui nous cotisons pour le financer !». Le scepticisme reprend le dessus, le discours du ministre ne varie pas d’un millimètre. Les intervenants trouvent la réponse ridicule et rappellent un à un les dégâts et répressions dont le parti à été l’auteur et s’enflamment, mais l’émission se termine. Il n’y aura pas eu d’interventions téléphoniques comme prévu, le numéro de téléphone donné ne marchait pas.

Cette émission est tout à fait représentative de la situation. D’un côté, les anciens barons qui essayent encore d’intervenir, et y sont parvenus en prenant l’antenne alors qu’il s’agit d’un direct (du jamais vu), réadaptant maladroitement leur propagande habituelle. De l’autre, les contestataires qui s’emparent de la parole et balancent. Dans la rue, ce n’est guère différent. La population est partagée entre une volonté d’en découdre alimentée par les violences annoncées, et la volonté de revenir à l’apaisement considérant que la rue a gagné. Entre les deux, les fauteurs de trouble, que l’on dit appartenir à une branche radicale du RCD, parasitent le paysage. Sans avoir peur de voir leur époque révolue ni de répondre de leurs actes. On ne peut s’empêcher de craindre pour la suite. La grève générale maintenue pour aujourd’hui et la violence des événements survenus dans la journée sont inquiétants.

Rappelons que Ben Ali a ordonné à 20h l’arrêt des tirs à balles réelles, mais ils se sont poursuivis jusqu’à aujourd’hui. Si des victimes tombent encore sous les balles, une question se pose : qui commande ?