Tunisie : attaque à l’arme blanche dans un métro

En Tunisie, quatre individus armés de machettes ont attaqué un métro à son passage par la station Hached du Campus, près d’El Omrane.

Recrudescence de la violence en Tunisie ou quatre individus armés de machettes ont attaqué, ce samedi 20 janvier 2018, un métro à son passage par la station Hached du Campus, près d’El Omrane.

Selon Tunisienumérique qui a donné l’information, les assaillants sont montés dans les rames et ont menacé avec leurs armes les passagers.
Le site poursuit indiquant que l délinquants ont pris la fuite avec l’arrivée quasi immédiate de la police. Les forces de l’ordre auraient réussi à mettre la main sur l’un des assaillants qui a été présenté au parquet et mis sous mandant d’arrêt.

La Tunisie est souvent le théâtre d’agressions à l’arme blanche. Un regard dans le rétroviseur nous ramène à la date du 1er novembre 2017, alors que deux policiers se faisaient agresser à l’arme blanche. L’un des deux officiers de police tunisien qui a été poignardé a succombé à ses blessures ce jeudi. Son nom, le commandant Riadh Barrouta, qui a grièvement blessé au cou lors de l’attaque.

L’assaillant, Zied Gharbi, âgé de 25 ans, est originaire d’Ettadamen, l’une des banlieues les plus grandes et les plus pauvres de Tunis. Il avait, selon les indications du ministère tunisien de l’Intérieur, avoué « qu’il avait adopté la pensée de Takfiri il y a trois ans et qu’il pensait que tuer les forces de sécurité était une forme de djihad ». La pensée de Takfiri faisant référence à l’idée que les musulmans puissent proclamer que les autres musulmans sont des infidèles et justifier les attaques contre eux.