Tunisiano et « Le regard des gens »

L’album solo de Tunisiano, membre du groupe Sniper, est dans les bacs depuis le 24 juin. Le regard des gens est un opus personnel et sincère. Interview.

« Derrière chaque regard, se cache une histoire, un destin ». Telle est la devise de Tunisiano, l’un des membres du groupe français Sniper, formé en 1997. A 29 ans, le rappeur franco-tunisien a sorti le 24 juin Le regard des gens, son premier album solo. Interview.

Afrik.com : Ton album s’appelle Le regard des gens. Quel est justement ton ressenti sur le regard que les gens portent sur ton album?

Tunisiano :
Beaucoup de personnes m’ont dit que l’album me ressemblait et, sincèrement, c’est le point positif que je retiens. C’est ce que je voulais réaliser. J’ai cherché à me livrer plus et à donner beaucoup de ma personne dans mon propre album.

Afrik.com : Cette image que peuvent avoir les gens sur toi, est-elle pour toi une force ou une faiblesse ?

Tunisiano :
Je dirais les deux car ça peut aussi bien m’aider à avancer que me freiner. Ce que les gens peuvent penser de moi ne me laisse pas indifférent, c’est clair que c’est très important. J’aime savoir ce que pensent les gens de moi, de ma musique, de mon comportement…Ils n’ont pas forcement besoin de me le dire, je le vois tout de suite. Lorsque j’arrive dans un endroit, je sais quand une personne pense du bien ou du mal de moi. Tout est dans le regard.

Afrik.com : Quelle différence y a-t-il entre le Tusiniano du groupe Sniper et le Tunisiano en solo ?

Tunisiano :
La différence est qu’en solo je prends plus de risques pour réaliser mon œuvre et que j’y mets ce que je veux dedans. Alors qu’en groupe les décisions se prennent ensemble, comme pour le choix des textes ou de la musique. Pour mon album, j’ai tenté des choses que je n’aurais pas pu faire avec Sniper.

Afrik.com : En parlant de Sniper, le reste du groupe n’a pas participé à ton opus…

Tunisiano :
Il y a un bonus avec les autres membres du groupe pour ceux qui ont acheté l’album. Sinon, en ce qui concerne Sniper en lui-même, c’est en stand-by car Blacko a décidé d’arrêter. J’espère juste qu’il va changer d’avis car j’aimerai vraiment faire un quatrième album avec eux. Et Aketo est également partant. Je pense qu’on a aussi besoin de faire nos propres albums. Donc on verra si l’aventure continue ou pas.

Afrik.com : Tu as choisi le morceau « Equivoque » pour le lancement de l’album. Pourquoi ?

Tunisiano :
C’est pour le buzz. J’avais envie de surprendre. Les gens s’attendaient à me voir chanter en arabe. C’était une manière pour moi de montrer que j’avais plus d’une corde à mon arc.

Afrik.com : Tu abordes des sujets très personnels tels que « Le pardon » et « La solitude »…

Tunisiano :
J’ai besoin de tout ça dans ma musique. Ma principale source d’inspiration, c’est moi-même au quotidien. Le fait d’en parler me fait énormément de bien. C’est ce que j’ai envie de transmettre.

Afrik.com : C’est plutôt rare pour un rappeur, non ?

Tunisiano :
Effectivement. C’est vrai que de nombreuses personnes ont déjà une image toute faite des rappeurs. Mais moi j’apporte une touche d’originalité avec mes textes. Je parle aussi bien de ma vie que de mes histoires de cœur.

Afrik.com : L’un de tes morceaux s’appelle « Je porte plainte ». Tu as déjà eu des problèmes avec la justice auparavant ? N’as-tu pas peur que cela se reproduise ?

Tunisiano :
(Rires) C’est dans un petit coin de ma tête. La question que je me suis posée c’est : « Est-ce que si j’écris un titre qui a un rapport avec la police j’aurais à nouveau des problèmes avec la justice ? ». Je pense que la police va comprendre que c’est un morceau assez contre eux. Dans ce morceau, je m’imagine aller porter plainte contre un policier. Je voyais déjà la tournure que ça pouvait prendre et comment ils réagiraient. […] Je suis resté le plus correct que possible. Je n’ai ni insulté, ni dit des mots déplacés ou autres.

Afrik.com : Pourquoi avoir choisi de t’appeler « Tunisiano » ?

Tunisiano :
Ça remonte à pas mal de temps déjà. Un jour, dans un de mes textes, j’ai dit que je suis Tunisiano. Et c’est resté.

Afrik.com : Tu es l’un des seuls rappeurs à chanter en arabe…

Tunisiano :
La première fois où j’ai essayé de rapper en arabe, j’ai vu que j’en étais capable. Alors je me suis dit : « Pourquoi ne pas continuer ? ». En plus, je parle couramment l’arabe et ça m’a encore plus aidé. C’est très symbolique pour moi.

Afrik.com : Qui est Tunisiano ?

Tunisiano :
Je suis quelqu’un d’assez réservé et de très dur avec moi-même, tout en restant simple.

As-tu prévu des tournées en Tunisie ?

Tunisiano :
Oui, bien sûr. Pour cet été, si tout se passe bien. Mais la grosse tournée démarrera plus tard : le 16 octobre à Lyon, le 17 octobre au Ninkasi Kao de Lausanne, en Suisse, le 24 octobre aux Docks à Toulouse, le 25 octobre au Havana Café de Bordeaux.

Commandez l’album Le regard des gens de Tunisiano, chez Sony

Visiter le site de Tunisiano

Visiter le Myspace de Tunisiano