Tunis loin des routes de la démocratie

Radhia Nasraoui entame son cinquantième jour de grève. L’avocate tunisienne réclame que les auteurs de son agression, en juillet dernier, soient jugés devant les tribunaux. Très affaiblie, elle a accepté de s’exprimer sur la condition des droits de l’Homme dans son pays et sur ce qu’elle attend de la visite du chef de l’Etat français, mercredi, à Tunis.

Cinquantième jour de grève. L’avocate tunisienne Radhia Nasraoui ne s’alimente plus pour obtenir le procès des policiers qui l’ont agressée en juillet dernier. La Présidente de l’Association de lutte contre la torture en Tunisie (Altt), qui vient de fêter ses 50 ans, s’érige depuis des années contre le régime répressif du Président Ben Ali. Elle a notamment participé à la libération de son mari Hamma Hammami, libéré en septembre 2002 après sept mois d’emprisonnement. Alors que le Président français Jacques Chirac a rendu visite, mercredi, à son homologue tunisien, la militante revient sur la dureté du régime en place et s’exprime sur ce qu’elle attend de la venue du chef de l’Etat français.

Afrik : Vous êtes en grève de la faim depuis cinquante jours. Que demandez-vous ?

Radhia Nasraoui : Je veux qu’une enquête soit ouverte concernant une agression physique dont j’ai été victime le 13 juillet 2003. Un groupe d’agents de la police politique, bien connu par ce qu’il agresse régulièrement les défenseurs des droits de l’Homme, s’en est violemment pris à moi alors que je me rendais chez un ami. J’ai fourni au Parquet de Tunis un certificat médical pour appuyer ma déclaration, mais il n’y a pas eu de suite. On ne m’a même pas laissé la possibilité de m’exprimer. Je demande que justice soit faite.

Afrik : De quel soutien bénéficiez-vous à l’extérieur ?

Radhia Nasraoui : J’ai beaucoup d’estime pour les Français. Je reçois des messages de soutien de la classe politique, notamment du Parti communiste et des Verts. Des avocats et des représentants de la Ligue des droits de l’Homme m’encouragent dans ma lutte. Certains se sont même déclarés inquiets concernant mon état de santé. L’association américaine Human Rights Watch a demandé à Colin Powell de me soutenir lors de son voyage mardi en Tunisie. Je leur suis à tous très reconnaissante pour ce qu’ils font pour moi.

Afrik : Que pensez-vous de la déclaration du Secrétaire d’Etat américain Colin Powell, qui a appelé, mardi lors d’une visite éclair, à une « plus grande ouverture de la société » tunisienne ?

Radhia Nasraoui : Plus d’ouverture ? Il faudrait déjà qu’il y ait une ouverture, pour qu’il y en ait plus ! M. Powell devrait dire au Président Ben Ali qu’il faut changer de politique et arrêter de réprimer le peuple. Nous savons très bien que les Etats-Unis soutiennent le régime de M. Ben Ali parce qu’il lutte contre le terrorisme. Du moins c’est ce qu’il leur fait croire. Ici, tous ceux qui pensent différemment du pouvoir sont considérés comme des terroristes. Les attentats du 11 septembre en Amérique ont aggravé la situation. Des gens sont jetés en prison sans raison au nom de la lutte contre le terrorisme.

Afrik : Le Président français Jacques Chirac a rendu visite ce mercredi à son homologue tunisien Zine el-Abidine Ben Ali. Qu’attendez-vous de sa visite ?

Radhia Nasraoui : La visite de Jacques Chirac ne sera positive que s’il soulève le problème des droits de l’Homme. Nous souhaiterions que le Président français se prononce clairement contre la dictature policière. Le chef d’Etat d’un pays qui a offert à l’Humanité la Déclaration des droits de l’Homme de 1789, la France de la Résistance, la France de mai 68 ne peut pas se permettre de soutenir un régime qui ne respecte pas le droit à la différence. D’autant plus qu’elle est tout à fait au courant de ce qui se passe ici.

Afrik : La dernière visite en Tunisie de Jacques Chirac en 1995 a provoqué la colère des Tunisiens. Pourquoi ?

Radhia Nasraoui : En 1995, M. Chirac a parlé d’un ‘miracle tunisien’. Cette déclaration a choqué tout le monde. Le Président Ben Ali a pris sa déclaration pour un encouragement. Deux jours après le départ du chef d’Etat français, l’opposant Mohammed Moada était arrêté. Depuis, les Tunisiens pensent que si la France ne soutenait pas ce régime répressif, M. Ben Ali serait obligé de changer sa politique pour ne pas mettre à mal ses relations étroites avec la France.

Afrik : M. Ben Ali a déclaré dans le quotidien français Le Figaro que le pays avait « aménagé les conditions propices à l’exercice démocratique et au développement de son processus ». Que pensez-vous de cette déclaration ?

Radhia Nasraoui : Il vient d’amender la Constitution pour pouvoir se représenter à la prochaine élection présidentielle et pour qu’il n’y ait plus de limite de mandat. Cette action va à l’encontre de sa déclaration lors de son investiture : il avait annoncé que la Tunisie ne connaîtrait plus de Président à vie. Avec ce revirement, M. Ben Ali jouit en plus d’une immunité à vie. Par ailleurs, il n’y a pas besoin de consolider les droits de l’Homme. Tous les droits fondamentaux existent déjà. A l’image de la liberté d’expression et le droit de se réunir en syndicat ou en associations. Le problème, c’est qu’ils ne sont pas appliqués.

Afrik : Comment la population se révolte-t-elle contre les injustices du régime en place ?

Radhia Nasraoui : Il y a une prise de conscience générale. Mais la peur, je dirais même la terreur, qui règne depuis des années n’est pas facile à dépasser. Les gens essaient de protester, d’exprimer leur opinion, mais il n’y a pas de mouvement de contestation collectif. Les manifestations n’existent pas. Le seul moyen de lutter reste la grève de la faim. Aujourd’hui, tout le monde fait des grèves de la faim. Les défenseurs des droits de l’Homme aux syndicalistes, en passant par les étudiants. Des ouvriers utilisent ce moyen de pression pour faire respecter leurs droits sur leur lieu de travail. Cette tendance existe depuis plusieurs années déjà mais elle est peu médiatisée.

Afrik : Ce moyen de pression est-il efficace ?

Radhia Nasraoui : Certains Tunisiens ont obtenu ce qu’ils voulaient après une grève de la faim. Notamment les prisonniers, qui peuvent avoir accès aux soins et à de meilleures conditions de détention après ce genre de protestation. C’est ce qui s’est passé pour mon mari (l’opposant Hamma Hammami appartenant au Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT), non autorisé, ndlr), qui a été incarcéré plusieurs fois. La dernière fois, il a été emprisonné le 2 février 2002. Pour qu’il soit libéré, j’ai fait une grève de la faim de 38 jours qui s’est achevée le 2 août 2002. Le 4 septembre de cette même année, Hamma et deux de ses camarades de lutte étaient libre. Les autorités n’ont jamais officiellement reconnu que c’était parce qu’elles avaient cédé à la pression.

Afrik : Qui est le plus touché par la répression ?

Radhia Nasraoui : Depuis l’arrivée de M. Ben Ali au pouvoir, les avocats, les journalistes et les associations de défense des droits de l’Homme sont devenus la cible du pouvoir. Tous ceux qui ont une opinion différente de celle du gouvernement font l’objet d’agressions et de harcèlement. Le 10 mai dernier, le bâtonnier du Barreau de Tunis a même été agressé. Du côté de la politique, il existe quelques partis légaux, mais ils ne sont reconnus que s’ils soutiennent la politique du gouvernement en place. Les membres des autres formations sont réprimés et considérés comme illégaux. C’est le cas du parti de mon mari, le Parti communiste des ouvriers de Tunisie, mais aussi de celui de Moncef Marzouki, président du Congrès pour la république, ou encore du parti islamiste.

Afrik : Votre famille a-t-elle fait l’objet de pressions ou de menaces ?

Radhia Nasraoui : J’ai beaucoup d’exemple à raconter. Je me sens très faible, alors je n’en citerai que quelques-uns. Mes filles sont constamment surveillées par la police. Les amies d’écoles de ma fille aînée Nadia ont déjà reçu plusieurs visites de la police. Elles ont été interrogées et même harcelées. Un autre jour, Soufian Ben Mrad, un agent de l’équipe qui nous surveillait, a poursuivi Oussaima jusque la porte de notre immeuble. Je ne sais pas s’il avait l’intention de la kidnapper. Jusqu’à ce jour, je ne sais pas pourquoi il a agit comme ça. Mais ma fille est ressortie très traumatisée de cette expérience. Alors que Sarra, la cadette, n’était âgée que de deux mois, une moto rouge stationnait en permanence devant sa crèche. A une occasion, j’ai même croisé en allant la chercher le policier qui la surveillait. Nous faisons l’objet de très fortes pressions. Et pendant des années, personne n’osait venir frapper à notre porte.