Trois satellites Astrium lancés : zoom sur le champ magnétique terrestre

Une fusée Rockot a décollé vendredi à 12h02 GMT depuis la base de Plessetsk en Russie avec à son bord trois satellites européens destinés à étudier depuis l’espace le champ magnétique de la Terre. Les images du lancement ont été retransmises en direct par l’Agence spatiale européenne (ESA).

Astrium a réussi le lancement des trois satellites Swarm ((essaim en anglais)) qu’elle a conçus et réalisés. Ces satellites ont été lancés avec succès, vendredi à 12h02 GMT, par un lanceur Rockot depuis le cosmodrome russe de Plessetsk, à près de 800 km au nord de Moscou. Astrium est maître d’oeuvre de la mission Swarm pour le compte de l’Agence spatiale européenne (ESA). Ces satellites ont été injectés sur leur orbite respective environ 92 mn après leur lancement.

D’un poids de 473 kg chacun, les trois satellites identiques, évolueront sur trois orbites légèrement différentes. Ce qui permettra de bien séparer les différentes sources magnétiques et de cartographier en détail leurs variations. Pendant une période d’au moins 4 ans, la mission Swarm de l’Agence spatiale européenne (ESA) mesurera, avec un degré de précision sans précédent, le champ magnétique de la Terre et son évolution. Les résultats obtenus permettront de mieux comprendre le fonctionnement de l’intérieur de notre planète et son interaction avec l’Espace. La source principale du champ magnétique de la Terre est située à 3 000 kilomètres sous pieds, dans le noyau de fer et de nickel en fusion qui fonctionne comme une dynamo géante grâce aux courants qui le traversent.

Les données de Swarm devraient permettre, à terme, d’améliorer la précision de navigation au compas ou au gyroscope, et donc, par exemple, le forage directionnel pour l’exploitation des ressources. Ces recherches devraient également contribuer à améliorer les modèles de météorologie spatiale aussi exploitées dans les cartes et modèles alimentant de nombreuses applications quotidiennes, comme les cartes de l’aviation civile ou les boussoles des smartphones.