Trois créateurs tunisiens à Paris

La Tunisie est à l’honneur dans une exposition qui met en valeur l’artisanat dans sa plus noble expression à travers trois artistes complémentaires qui perpétuent un savoir-faire ancestral tout en projetant un regard différent sur le monde d’aujourd’hui.

La richesse de l’artisanat tunisien vient de l’influence des nombreuses civilisations qui la constituèrent. Elle fut successivement berbère, phénicienne, romaine, vandale, byzantine, arabe, espagnole, ottomane et française.

Slahedine Smaoui est un architecte qui désire justement réconcilier l’homme avec son histoire. Il est à l’origine d’un concept de mobilier transformable qui s’adapte aux différents rythmes de vie ainsi qu’aux différents moments de la journée. Recréant ainsi dans un espace quotidien une scénographie du réel avec des lumières changeantes, il mêle l’aspect pratique et l’harmonie du décor. Dans cette exposition, il s’inspire d’un village appelé Ken, dont la conception date du XIX ème siècle. Cette habitation autarcique regroupait en un même lieu toutes les fonctions nécessaires à la vie culturelle et économique.

Mosaïque culturelle

Voyage initiatique. Sadika Keskes, quant à elle, s’immerge dans un passé encore plus lointain puisqu’il s’agit de l’artisanat oublié de la Tunisie carthaginoise et romaine du XIVème siècle. C’est à travers un voyage initiatique à la cité des doges qu’elle acquiert les connaissances techniques et artistiques des plus grands verriers. S’inspirant de l’architecture intérieure des mosquées musulmanes, elle conçoit le plus grand lustre du monde, objet magique composé de 20 000 boules en verre soufflé, de 10 mètres de diamètre. En 2000, elle a créé sa propre fondation culturelle qu’elle nomme  » Espace Art Sadika  » qui réunit toutes les pratiques artistiques (artisanat, musique, théâtre). L’UNESCO a offert au pape Jean Paul II, un calice en verre soufflé et argent conçu et fabriqué par Sadika Keskes elle-même.

Issu d’une famille de Siciliens de Tunisie, Mehdi Benedetto travaille dans un atelier de marbre de tradition italienne. C’est là qu’il découvre la pierre, les techniques de marqueterie de marbre et de céramique ancienne. Assistant décorateur au cinéma, il crée son propre atelier en 1998  » l’atelier Benetto « . Il réinvente sa propre vision orientale grâce à la magie de la pierre.

Informations pratiques :

Exposition jusqu’au 21 septembre 2001

Galerie SEMA

Viaduc des Arts

23, avenue daumesnil.75012. Paris