Trente-et-un millions de dollars pour les réfugiés sahraouis d’Algérie

Une lettre d’entente régissant une assistance alimentaire de plus de 31 millions de dollars, destinée aux réfugiés sahraouis dans les camps de Tindouf, a été signée hier entre l’Algérie et le Programme alimentaire mondial (PAM).

Le PAM apporte une assistance alimentaire aux réfugiés depuis début 1986, et ce, en accord avec le Haut Commissariat des Nations unies. D’aucuns ignorent que la situation alimentaire figure parmi les questions prioritaires dans le monde. Seulement, il y a lieu de rappeler que ces dernières années, le PAM a réduit ces aides de 42% envers les réfugiés sahraouis, arguant une certaine mauvaise gestion de celles-ci. Cette diminution a touché certains produits de première nécessité, notamment les médicaments, l’huile, le sucre, les légumes secs et la farine. Du côté des Sahraouis, on avance des pressions politiques afin de les amener à abdiquer et renoncer à leurs droits.

Mais l’Algérie s’est portée garante pour aider les Sahraouis des camps de réfugiés. Hier, Dani Benchaâ et Daly Belgacem, respectivement directeur général des affaires politiques et de sécurité internationale au ministère des Affaires étrangères, et directeur régional des pays du Moyen-Orient, de l’Asie centrale et de l’Europe de l’Est auprès de la PAM, ont paraphé les documents portant sur l’aide de plus de 31 millions de dollars. 125 000 Sahraouis bénéficieront de cette aide, dont la gestion s’étalera sur une période de 18 mois. Pour éviter qu’il n’y ait une rupture des stocks, un accord a été signé dans la même journée entre le Croissant-Rouge algérien (CRA), la Croix-Rouge espagnole (CRE) et le PAM, portant sur la gestion du stock de sécurité de produits alimentaires qui sera établi à Rabouni près de Tindouf. Ce mode de régulation permettra, selon le directeur régional, de faire face à d’éventuelles perturbations dans la distribution de l’aide alimentaire pour « des raisons de logistiques ou de financement ». Lors de son intervention, à l’issue de la signature de ces documents, M. Benchaâ a expliqué que la lettre d’entente témoignait de « l’engagement des institutions internationales en faveur des réfugiés sahraouis, auxquels elles ne cessent d’apporter leur assistance ».

Il a estimé, dans ce sillage, que le PAM accomplit « un acte très important » et une mission qui relève d’un grand réconfort pour les populations en quête de soutien et d’assistance. « Dans le cadre de la coopération bilatérale, l’Algérie assure, avec le PAM, une mission humanitaire à travers le monde et plus particulièrement en Afrique. L’Algérie est le premier pays africain donateur du PAM, en contribuant, ces dernières années, aux opérations de cette organisation onusienne dans les Etats du Sahel et en Afrique centrale », a souligné un représentant du MAE, qui fera remarquer que notre pays a accordé au PAM des dons de riz, estimés à plusieurs millions de dollars, plus précisément durant les années 2001, 2005 et 2006. Rien qu’en novembre 2009, les autorités algériennes ont octroyé un don d’une valeur de 10 millions de dollars en nature (riz) à six pays africains.