Traque des terroristes en Tunisie : 40 suspects arrêtés

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, 40 suspects ont été arrêtés et 92 personnes soupçonnées d’être rentrées de Syrie ou d’Irak ont été assignées à résidence, a annoncé, ce vendredi, le ministre tunisien de l’intérieur.

La Tunisie poursuit sa traque contre les terroristes. Au moins quarante suspects ont été arrêtés et 92 personnes soupçonnées d’être rentrées de Syrie ou d’Irak ont été assignées à résidence, a annoncé, ce vendredi 27 novembre 20158, le ministère tunisien de l’Intérieur. « Les assignations à résidence concernent des personnes de retour de foyers de tension et classées dangereuses par les unités de sécurité », précise le ministère, dans un communiqué.

Une annonce qui intervient trois jours après l’attentat-suicide contre un bus de la sécurité présidentielle, qui a fait 13 morts à Tunis, dont le kamikaze. L’attentat perpétré mardi a été revendiqué par l’organisation armée de l’Etat islamique. Cette dernière avait également revendiqué la tuerie sur une plage de Sousse, fin juin, qui a fait 38 morts et l’attaque du musée du Bardo, en mars, où 21 touristes ont péri. Les touristes ont été les principales victimes de ces attentats. Le pays s’est vidé peu à peu de ses touristes, ce qui a fragilisé un peu plus l’économie de ce pays d’Afrique du Nord.

Malgré les mesures prises par les autorités pour renforcer la sécurité,la Tunisie est toujours une cible principale des terroristes. Elle est d’ailleurs devenue très vulnérable face aux attaques terroristes qui se sont multipliées sur son sol depuis la chute de l’ancien Président Zinedine Ben Ali, chassé du pouvoir par une révolte populaire et réfugié en Arabie Saoudite.

Pour faire face à la menace terroriste, le pays a décidé de fermer sa frontière avec la Libye voisine, d’où se prépareraient les attaques terroristes d’envergure sur son sol. L’organisation de l’Etat islamique détiendrait des bases en Libye, plongée dans le chaos depuis la chute de l’ancien leader libyen Mouammar Kadhafi.