Traite des blanc, traite des noirs

Depuis quelques années, une production foisonnante de travaux, universitaires ou non, répète avec insistance que la traite négrière transatlantique eut lieu parce que les Africains pratiquant l’esclavage de
longue date, avaient la fâcheuse habitude de se vendre les uns les autres.

Pour prouver la validité de ce postulat, on nous rappelle qu’à partir du VIIe siècle une certaine Afrique était devenue pourvoyeuse d’esclaves exportés vers les pays musulmans. Ce postulat a la vie longue parce qu’il sert à renforcer le sentiment d’une supériorité morale des européens dont le corollaire est l’infériorité morale des Africains.

Mais une approche plus respectueuse de la vérité nous apprend que les
Européens, loin d’avoir mis fin au commerce des esclaves après l’antiquité, ont continué à se vendre les uns les autres. A partir du VIIIe siècle, et jusqu’à la fin du Moyen Age, une certaine Europe était elle aussi, pourvoyeuse d’esclaves exportés vers les pays musulmans : des Européens étaient vendus par d’autres Européens aux marchands trafiquants d’esclaves. En Europe et en Afrique, à la même époque, fonctionnaient quelques centres de castration contrôlés par des commerçants spécialisés dans la « fabrication d’eunuques », une marchandise très prisée alors dans le monde arabo-musulman.

Ces faits et leurs conséquences sont généralement ignorés (sauf de
quelques rares spécialistes), car aucune mention n’en est faite dans les manuels d’enseignement. Or, d’une histoire tronquée on ne peut tirer que des idées faussées. Cet ouvrage comble une importante lacune.

Rosa Amelia Plumelle-Uribe est l’auteure de l’ouvrage La férocité blanche : des non-Blancs aux non-Aryens publié en 2001 chez Albin Michel. Elle a aussi participé à plusieurs colloques internationaux portant sur l’esclavage, les traites des esclaves et la domination coloniale.

Commander le livre Traite des blancs traite des noirs Aspects Meconnus et Conséquences Actuelles de Rosa Amelia Plumelle-Uribe

TABLE DES MATIÈRES

AVERTISSEMENT

INTRODUCTION

‘Constatations préliminaires’

CHAPITRE I

‘Les esclaves européens : les routes, les

eunuques, les marchands et les marchés’

Traite des esclaves

Querelles et rivalités pour le contrôle de la traite

des esclaves

Les effets de la domination arabo-musulmane

CHAPITRE II

‘L’Afrique noire avant le 16ème siècle’

Considérations générales

Le commerce international avec l’Asie

La pénétration de l’Islam en Afrique noire orientale

et centrale

Les femmes et l’esclavage en pays musulmans

Les empires d’Afrique occidentale

CHAPITRE III

‘L’Europe et l’Afrique noire’

Hospitalité et liaisons dangereuses

Résistance

Un continent assailli de tous côtés

Une destruction continue

CHAPITRE IV

‘Europe et Amérique’

Au nom de la civilisation

La christianisation en Amérique

Participation de la Suisse au génocide africain

Américain

Autres participants

CHAPITRE V

‘Toutes les traites n’ont pas eu les mêmes

conséquences’

Crime contre l’humanité

Spécificités de l’esclavage dans l’univers

concentrationnaire d’Amérique

Conséquences de la racialisation de l’esclavage

Le poids très lourd du passé sur l’avenir… des

victimes

La honte de

Malgré la honte

Les réparations

Dans l’ancien univers concentrationnaire

d’Amérique

Un argument exceptionnel

CHAPITRE VI

‘Les Africains d’après la version consacrée par

les Européens’

Le prix de l’enrichissement européen

Une explication insuffisante

La complicité des victimes

CHAPITRE VII

‘L’art de faire avorter et l’Indépendance et la

Démocratie dans les anciennes colonies’

Jusqu’au 2Oème Siècle

L’espérance d’un peuple

Et l’Histoire se répète

A nouveau résistance et trahisons

Jusqu’à nos jours

Des spécialistes chercheurs qui ne savent pas

Un homme intègre

A qui profitent les richesses des Africains ?

CHAPITRE VIII

‘Les aspects positifs d’un crime contre

l’Humanité’

Une entreprise planétaire aux conséquences

centenaires

Une incohérence insoutenable

Les nostalgiques du colonialisme

Le poids des mots

Qui parle de repentance ?

L’Occident et la misère du monde

CONCLUSION

Remerciements

BIBLIOGRAPHIE

INDEX