Tournée éclair de Nicolas Sarkozy en Afrique

Nicolas Sarkozy effectue, jeudi et vendredi, une tournée éclair en Afrique. En moins de 48 heures, il visitera la RDC, le Congo Brazzaville et le Niger. La paix dans la région des Grand Lacs et aussi les questions économiques dans ces pays riches en ressources minières seront au menu du voyage. Des Ong dénoncent à Paris la « Françafrique décomplexée » de Nicolas Sarkozy.

« Speedy Sarkozy », titre ce mercredi l’hebdomadaire La Lettre du Continent en évoquant la tournée africaine du président français. En deux jours, Nicolas Sarkozy visitera trois pays africains : la République démocratique du Congo (RDC), le Congo Brazzaville et le Niger. Il traitera avec ses homologues africains, lors de ce voyage éclair, essentiellement d’économie et de politique.

Cette mission commence, jeudi, à Kinshasa où le président français devra expliquer à Joseph Kabila, le chef d’Etat congolais et au Parlement de la RDC, son plan pour la paix dans les régions des Grands Lacs qu’il a dévoilé en janvier. Nicolas Sarkozy avait provoqué le mécontentement des Congolais en proposant une exploitation conjointe du Rwanda (pays voisin de la RDC avec lequel l’Hexagone veut renouer ses liens) et de la RDC des richesses minières du Kivu, la province orientale congolaise. Pour Kinshasa, ce plan traduisait une volonté de balkanisation de son territoire. La tâche pour Nicolas Sarkozy, lors de son séjour d’une demi-journée dans ce pays, consistera à rassurer les Congolais. L’Elysée ne parle d’ailleurs plus de plan de paix mais de sa « volonté d’apporter de nouvelles idées », à travers une coopération « pratique » qu’elle propose aux deux pays. Il s’agira aussi pour Nicolas Sarkozy de renforcer l’influence française dans un pays où la Chine gagne de plus en plus de terrain. Pékin a conclu, lundi, avec les autorités congolaises, un protocole d’accord portant sur la réhabilitation d’une route menant à l’aéroport de Kavuma à Bukavu dans le Sud-Kivu, et la mise en place d’infrastructures devant faciliter l’exploitation des ressources minières congolaises.

L’uranium au menu de l’escale nigérienne

Les intérêts économiques français seront également la principale raison de l’escale nigérienne de cette tournée africaine de Nicolas Sarkozy. Le président français devrait assister, aux côtés de la PDG d’Areva, Anne Lauvergeon, à une réunion de la section locale de l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE). Le groupe français à signé, en janvier, avec le gouvernement du Niger une convention pour l’exploitation du gisement d’uranium d’Imouraren, au nord de ce pays d’Afrique de l’Ouest. Le numéro un mondial du nucléaire envisage d’extraire de ce gisement près de 5000 tonnes par an, ce qui en ferait la première mine d’uranium du monde. Areva avait annoncé en janvier la création d’une société mixte dont elle détiendra plus de 66 % du capital contre seulement 33% pour le Niger. L’appétit chinois pour ce minerai, dont le Niger est immensément doté, inquiète la France. Nicolas Sarkozy discutera enfin de démocratie avec son homologue nigérien. Mamadou Tandja, dont le second mandat s’achève en décembre prochain, souhaite, semble-t-il, reste au pouvoir au-delà de cette date, bien que la Constitution l’en empêche.

La Françafrique Décomplexée

Avant le Niger, où il bouclera sa tournée éclair vendredi, Nicolas Sarkozy passera la nuit de jeudi au Congo Brazzaville, où les groupes français Bolloré et Total sont bien implantés. Il devra – tache délicate!- faire en sorte que sa visite n’apparaissent pas comme un soutien au président Denis Sassou Nguesso, candidat à sa propre succession à la présidentielle de juillet prochain. M. Sarkozy devrait tenir un discours sur la bonne gouvernance, alors que son homologue, considéré comme un bon élève de la Françafrique, a été récemment accusé d’avoir acquis des biens immobiliers en France avec des fonds publics détournés.

Ce mercredi, à la veille de ce quatrième voyage en Afrique du président français, plusieurs Organisations non gouvernementales de la plateforme citoyenne France-Afrique ont dénoncé lors d’une conférence de presse à Paris la «Françafrique décomplexée» de Nicolas Sarkozy, très loin de « la rupture » qu’il avait promise pendant la campagne présidentielle.