Niger : le « silence coupable » de Tandja

Des partisans de Mamadou Tandja demandent au Parlement, depuis fin 2008, de prolonger de trois ans le dernier mandat du président nigérien qui s’achève en décembre prochain. La Constitution lui interdit pourtant de rester au pouvoir au delà de cette date. Un Front uni pour la sauvegarde des acquis démocratiques (Fusad) a été créé pour s’opposer à toute violation de cette loi fondamentale. Son président, Marou Amadou, dénonce une manœuvre de Mamadou Tandja pour se maintenir au pouvoir. Entretien.

Le Ghana inspirerait-t-il le Niger? Depuis quelques semaines maintenant, l’ensemble de la classe politique nigérienne, y compris les formations proches du pouvoir, ainsi que la société civile élèvent la voix contre tout éventuel prolongement du second quinquennat du président Mamadou Tandja. Ces partis, syndicats et Ong exigent la tenue des élections générales fin 2009 comme prévues. Ils rejettent catégoriquement la proposition des partisans du chef de l’Etat, demandant au Parlement de lui laisser le temps d’assurer «une transition pacifique» entre le 22 décembre 2009 et le 22 décembre 2012. Mamadou Tandja, 70 ans, arrivé au pouvoir en 1999 pourrait ainsi, en violation de la Constitution, se maintenir dans son fauteuil présidentiel. A l’initiative de Croisade, le Comité de réflexion, d’orientation indépendant pour la sauvegarde des acquis démocratiques, 60 syndicats et une vingtaine d’Ong se sont réunis au sein du Fusad. Leur Objectif: faire obstacle aux Nigériens qui veulent confisquer le pouvoir, et sauvegarder les acquis démocratiques.

Afrik.com : Fin décembre, le Front uni pour la sauvegarde des acquis démocratiques (Fusad) a été créé pour combattre une éventuelle prolongation du mandat de Mamadou Tandja. Qu’est-ce qui vous fait croire que le président Tandja veut rester au pouvoir ?

Marou Amadou :
Il y a des signes évidents qui ne trompent pas. Depuis le 31 octobre, à la suite de la pause de la première pierre pour la construction d’une raffinerie à Zender, on assiste à des appels pour un maintien de Mamadou Tandja au pouvoir pour, disent-t-ils, lui permettre de poursuivre son rôle de timonier. Cela a commencé dans les régions, à l’initiative des gouverneurs courtisans du président, puis ça s’est étendu au niveau national avec la création, le 22 décembre 2008, de ce qu’ils appellent le mouvement populaire pour la poursuite des actions du président. Leur slogan est: Tazartché. Ce qui signifie: prolongation par tous les moyens. Ils ont même saisi l’Assemblée nationale pour qu’elle se penche sur la question. Personne n’est dupe ! On sait qui est derrière tout cela. On a déjà vu des scénarios similaires dans d’autres pays africains. Même les partis politiques se sont finalement réveillés de leur somnambulisme pour protester.

Afrik.com : Mais on dit que ces appels sont spontanés et ne correspondent pas forcément à la volonté de Mamadou Tandja…

Marou Amadou :
En 2005, lorsque Mamadou Tandja ne voulait pas que la presse parle de la famine et de la lutte contre la vie chère au Niger, personne n’en a pas parlé. Les rares journalistes qui ont osé le faire ont été arrêtés. Si la presse nationale parle aujourd’hui de ces appels, dits spontanés, c’est parce que Mamadou Tandja le veut. Il en est content. Il en jubile même. Son silence est coupable et confirme l’intention qu’on lui prête.

Afrik.com : Est-ce que la loi fondamentale du Niger autorise le prolongement de son mandat ?

Marou Amadou :
Aucune disposition de la Constitution du Niger ne permet à Mamadou Tandja de prolonger son mandat. Même pas d’une journée. C’est-à-dire que son mandat s’achève le 22 décembre. S’il reste encore au pouvoir le 23 décembre, c’est une violation de la Constitution. L’article 36 de la Constitution stipule que le président de la République est rééligible une fois. Mamadou Tandja a été déjà élu deux fois, il ne peut plus se présenter. Et plus loin, l’article 136 dit que le 36 ne peut être révisé. En outre, une loi votée en septembre 2004 indique que les dispositions de l’article 136 ne peuvent faire l’objet d’un référendum. C’est dire qu’aucun texte légal n’autorise Mamadou Tandja à rester au pouvoir après le 22 décembre 2009.

Afrik.com : Est-ce qu’on peut aussi imaginer un passage en force du président malgré tous ces obstacles ?

Marou Amadou :
Un passage en force consisterait, par exemple, à repousser les élections générales sous prétexte que les listes électorales ne sont pas prêtes, comme ce qui se passe en Côte d’Ivoire, ou à évoquer des problèmes liés à la rébellion. D’ailleurs, cela a commencé avec le retard pris dans la saisie des listes électorales qui a démarré en août 2008. Jusqu’à la date d’aujourd’hui, ces listes n’ont été réalisées que dans quelque 130 communes sur les 265 que compte le pays. La meilleure, c’est que les autorités nigériennes disent qu’elles n’ont pas besoin de l’aide financière internationale pour faire avancer les travaux.

Afrik.com : Quels types d’actions comptez-vous mener au cas où Mamadou Tandja s’accrocherait au pouvoir après décembre 2009 ?

Marou Amadou :
Déjà, nous n’attendons pas qu’il le fasse. C’est lui-même qui a coutume de dire que le Niger n’a rien à vendre à l’extérieur que l’exemple de démocratie qu’il veut être en Afrique. Ce n’est pas la démocratie tropicalisée qu’il est en train de vouloir instaurer que nous vendrons. Nous organisons des rencontres au cours desquelles nous invitons des universitaires, des philosophes, des spécialistes de gestion de conflits, pour expliquer à nos populations les enjeux d’une alternance démocratique pour notre pays. Le 21 janvier [Mercredi prochain ; NDLR], un grand rassemblement, à l’initiative du Fusad, se tiendra à la place de la Concertation, en face de l’Assemblée Nationale. Toute la population est invitée à venir manifester son opposition à un prolongement du dernier quinquennat de Mamadou Tandja. Un mémorandum sera ensuite remis, sur place, au président de l’Assemblée nationale. Et si le président fait la sourde oreille et s’entête à rester au pouvoir, nous lui mènerons la vie dure. Il ne s’assiéra pas tranquillement dans son fauteuil. Ce ne sont pas des paroles en l’air.

Lire aussi :

 L’Afrique et ses tripatouilleurs de Constitution

 Niger : Areva, maître de la plus grande mine d’uranium d’Afrique