Tournée africaine : la stratégie de Mohammed VI pour étendre l’influence du Maroc

Le roi du Maroc Mohammed VI entame, ce mercredi, sa tournée en Afrique dans le but de renforcer l’influence du Maroc sur le continent. Il débute cette tournée avec le Sénégal, puis ira en Côte d’Ivoire, ensuite en Guinée-Bissau puis au Gabon.

En l’espace de trois ans, il s’agit de la troisième tournée de Mohammed VI en Afrique. Le monarque du Maroc entame, ce mercredi 20 mai 2015, son périple au Sénégal, avant de se rendre en Côte d’Ivoire, puis en Guinée Bissau et enfin au Gabon. Si officiellement ces visites sont placées sous le signe du « travail » et de « l’amitié », l’objectif de cette tournée est avant tout de renforcer l’influence économique du Maroc, mais aussi religieuse.

Bien que le Maroc, en effet, ne fasse plus partie de l’Union Africaine à cause du conflit lié au Sahara Occidental, qui revendique son indépendance vis-à-vis du royaume chérifien, en vain, il compte bien prendre plus de poids sur le continent pour faire face notamment au rival algérien. En Afrique de l’Ouest, sur le plan économique, le royaume chérifien étend ses tentacules dans les secteurs bancaires, de la télécommunication ou encore de l’immobilier en implantant plusieurs filiales locales. D’autant que l’Afrique représente plus de la moitié des investissements directs du Maroc à l’étranger au cours des cinq dernières années, pour un montant d’un milliard et demi d’euros.

Un partenariat de longue date avec le Sénégal

Rabat ne lésine pas non plus sur les moyens sur le plan religieux, prenant en charge la formation de nombreux imams du Mali, de la République de Guinée et de la Côte d’Ivoire.

Ce n’est pas un hasard si le roi du Maroc entame une fois de plus sa tournée africaine au Sénégal. Les deux pays sont liés historiquement par de très bonnes relations diplomatiques. De nombreux partenariats notamment sur le plan économique, culturel, religieux, existent entre le royaume chérifien et le pays de la Téranga. Selon l’Agence de presse sénégalaise (APS), dans le cours de l’année, un partenariat a été signé entre le Crédit agricole du Maroc et la Caisse nationale de crédit agricole du Sénégal (CNCA). L’objectif est de favoriser le partage d’expérience et d’expertise entre les collaborateurs.

De même, sur le plan de l’énergie, un partenariat avait été conclu, en 2006, entre l’Office national de l’énergie (ONE) du Maroc et l’Agence sénégalaise d’électrification rurale (ASER). L’objectif : assurer la distribution de l’électricité dans la ville de Saint-Louis. Et sur le plan de l’enseignement supérieur, les deux pays sont aussi très liés. Le Maroc réserve aux étudiants sénégalais, qui perçoivent tous une bourse, un quota de 558 places pédagogiques. Dakar pour sa part, accueille chaque année une centaine d’étudiants marocains, venus principalement étudier à la faculté de médecine de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar.