Tourisme : l’Afrique fait du pied à la Chine

La manne touristique que représentent les Chinois intéresse la planète entière et les pays africains ne font pas exception à la règle. Bref tour d’horizon d’une vaste tendance qui va s’intensifiant.

Tout le monde veut attirer les touristes chinois. Un marché en plein essor : en 2005, ils ont été 31 millions, selon l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), à se lancer à la découverte de la planète. Même un pays comme la Côte d’Ivoire, en proie à une grave crise politique, se prépare à profiter de cette opportunité économique. Elle s’est ainsi offert tout récemment un attaché au tourisme dans sa représentation en Chine. But de l’opération : jouir du statut de pays de destination touristique (ADS). L’Administration nationale pour le tourisme en Chine (CNTA) veille ainsi scrupuleusement au grain. Aucun Chinois ne peut s’offrir le luxe d’une escapade touristique sans que sa destination touristique n’ait préalablement obtenu cet agrément. Seize pays africains jouissent de ce label. Parmi eux l’Egypte, le Kenya, l’Afrique du Sud qui sont les destinations préférées des Chinois sur le continent.

De plus en plus prisée

Cent dix mille Chinois se sont rendus en Afrique en 2005, soit le double de l’année précédente. « Il y a de plus en plus de pays africains qui promeuvent et proposent des produits pour attirer les touristes chinois. Il est vrai que l’intérêt pour l’Afrique n’est en rien comparable à celui pour l’Asie du Sud-Est ou l’Europe, mais je suis certain qu’il ira en s’accroissant dans les prochaines années », indique Xu Jing, le représentant régional de l’OMT pour l’Asie et le Pacifique. Ainsi, afin de séduire les ressortissants chinois, selon l’agence de presse Xinhua, les autorités sud-africaines auraient cette année, par exemple, envoyé des guides se former à la langue chinoise. Tout comme le Zimbabwe dont le ministre de l’Environnement et du Tourisme, Francis Nhema, a clairement affirmé, il y a quelques jours, sa volonté de miser sur le potentiel chinois. La compagnie aérienne nationale zimbabwéenne a, pour sa part, mis en place une liaison directe hebdomadaire avec la Chine. Et des agences chinoises de tourisme, unique biais par lequel les Chinois peuvent se rendre à l’étranger, se sont rendues dans ce pays sur invitation des autorités.

« Dans l’absolu, remarque le responsable de l’OMT, les touristes chinois ne sont pas très différents des autres, à la différence près qu’ils sont peut-être plus actifs que la plupart des touristes européens. Ils préférèrent se dépenser physiquement, prendre des photos que de se laisser aller au farniente sur une plage ». L’Afrique a par conséquent les moyens de satisfaire leur besoin d’activité avec ses paysages et ses nombreuses contrées encore inexplorées. En 2005, ce sont 36,8 millions de touristes qui ont foulé son sol. Le continent a enregistré, entre 2000 et 2005, une progression moyenne de 5,6 % contre 3,1% pour le monde entier et les recettes générées par le tourisme sont passées de 10,5 à 21,3 millions de dollars américains.