Tourisme en Afrique : l’analyse de Jean-Paul Labourdette, co-fondateur des guides Petit Futé


Lecture 5 min.
arton60738

En prévision du Salon du tourisme qui se tient à Paris du 15 au 18 mars 2018, Afrik.com a rencontré Jean-Paul Labourdette, co-fondateur des guides Petit Futé, qui nous explique les grandes tendances du marché en Afrique et nous parle de ses coups de coeur.

Afrik.com : Comment se porte le tourisme en Afrique ?

La situation est évidemment très contrastée tant le potentiel d’accueil des touristes d’une part, le contexte géopolitique d’autre part, sont différents d’un pays à l’autre.

La bonne nouvelle vient incontestablement du Maghreb avec un retour à la croissance dans les 2 grands pays touristiques de la région, le Maroc et la Tunisie. Sans encore atteindre les niveaux historiquement hauts d’il y a 6/8 ans, les voyants sont à nouveau au vert. A noter aussi un redémarrage, certes limité mais palpable, du tourisme en Mauritanie. Les merveilles de Chinguetti et de l’Adrar sont à nouveau accessibles

Toute la zone sahélienne reste elle très affectée par le climat d’insécurité, réel ou supposé tel.

L’Afrique du Sud continue à tirer son épingle du jeu et, avec elle, toute l’Afrique australe, Botswana, Namibie …

Au global, le continent africain est encore très loin de tirer le meilleur profit de ses richesses touristiques exceptionnelles, toujours « plombé » par un coût du séjour très élevé dans la plupart des pays, à commencer par l’acheminement aérien, par des formalités de visas toujours aussi décourageantes pour certains pays, une notoriété et une visibilité encore insuffisantes dans les pays émetteurs.

Il reste un gros travail de sensibilisation à faire, mais le jeu en vaut la chandelle, tant il y a à découvrir et partager dans ce continent extraordinaire

Afrik.com : Et comment se porte le Petit Futé ?

Fort bien ! Nous sommes devenus au fil des années un acteur incontournable du tourisme, en France et dans le monde. Nous proposons aujourd’hui le catalogue le plus important de destinations ( plus de 700 destinations). Plus aucun pays ou presque ne nous échappe.

Nous avons créé, en complément de nos guides classiques, des carnets de voyage mini format et mini prix qui remportent un franc succès.

La totalité de nos guides est également disponible en version numérique sur ordinateurs, tablettes et smartphones.

Notre site petitfute.com est l’un des plus gros dans le domaine du tourisme, avec une audience de plus de 40 millions de visites en 2017.

Afrik.com : A l’heure d’Internet, le Salon du tourisme est-il toujours un vecteur important de promotion des destinations ?

Oui, bien sûr. Les visiteurs sont toujours aussi nombreux dans les salons de tourisme à la recherche de documentations pour préparer leur prochain voyage, mais surtout avec le désir de rencontres, d’échanges avec les acteurs locaux du tourisme du pays de leur rêve : office de tourisme, agences réceptives, hôteliers.. Rien ne vaut le contact direct pour avoir envie de partir.

Afrik.com : Quelles sont les destinations Afrique présentes au catalogue du Petit Futé ?

Presque toutes. Nous sommes les seuls éditeurs à avoir fait le choix, téméraire mais parfaitement fondé, de consacrer un guide pour chaque pays, plutôt que de faire des regroupements hasardeux en guide de l’Afrique centrale , de l’Afrique de l’Ouest ..

Chaque pays a son histoire, sa culture, son identité .. ses atouts et ses charmes. Il mérite bien d’avoir son Petit Futé.

Du Cap Vert à Madagascar, de l’Ethiopie à la Namibie, de l’Algérie au Mozambique, du Bénin au Rwanda, le Petit Futé parcourt sans relâche le continent.

Afrik.com : Certaines sont-elles des exclusivités Petit Futé dans le domaine des guide de voyage ?

Oui, c’est là notre marque de fabrique : nous allons là où tous les autres éditeurs ne vont pas ! Pour le Petit Futé, il n’y a pas de pays blacklistés ! Nous voulons toucher, non seulement les touristes, mais aussi tous ceux qui se rendent dans un pays et y séjournent dans le cadre de missions économiques, universitaires, humanitaires, diplomatiques .. militaires, qui sont très heureux d’avoir à leur disposition, grâce au Petit Futé,un guide qui leur donne des informations précieuses, leur apporte un éclairage intéressant sur le pays en question. Cela fait beaucoup de monde.

Nous proposons en exclusivité plus de 24 guides sur des villes ou pays africains et nous comptons bien poursuivre dans cette direction.

Afrik.com : Il y a-t-il un important développement du tourisme intra-africain, c’est à dire de mouvement touristique d’africains sur le continent ?

Il reste assez faible, les africains ayant la possibilité de voyager, préférant, dans leur très grande majorité, partir ailleurs, en Europe et en Asie notamment. Toutefois, des flux existent dans certaines régions du continent : par exemple les algériens sont nombreux à passer leurs vacances dans les stations balnéaires tunisiennes. Beaucoup reste à faire dans ce domaine.

Afrik.com : Et le développement d’un tourisme des membres de la diaspora de deuxième génération ?

Il est plus important que le tourisme intra-africain pour beaucoup de pays du continent. La découverte – ou redécouverte- du pays d’origine suscite aujourd’hui un intérêt beaucoup plus grand parmi la diaspora africaine, où qu’elle se trouve dans le monde.

Les sud-africains, les kenyans côté Afrique anglophone, les sénégalais et les ivoiriens côté Afrique francophone sont très friands de ce retour aux sources

Afrik.com : A titre personnelle, quelle est votre destination favorite pour un séjour sur le continent ?

Ouagadougou, où j’ai dû séjourner une bonne vingtaine de fois, reste ma ville de cœur en Afrique. Elle n’est ni la plus belle ni la plus animée mais elle est pleine de charme et de douceur de vivre, même après avoir subi à deux reprises ces dernières années de terribles attentats.

Je veux aussi évoquer la République Démocratique du Congo, Kinshasa la capitale de toutes les folies, les provinces du Bas-Congo, de l’Equateur, du Katanga, qui recèlent tant de merveilles de la nature taille XXL, derniers paradis terrestres où le lâcher prise tant à la mode devient réalité

Plus d’information sur le site du Salon du tourisme qui se déroule à Paris du 15 au 18 mars 2018 et sur le site du Petit Futé

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter