Togo : un premier tour apaisé mais des risques de conflit

Le Président sortant du Togo, Faure Gnassingbé, brigue un quatrième mandat

Hier samedi 22 février, 9 heures durant, le peuple togolais s’est rendu aux urnes pour élire son nouveau président. Si dans l’ensemble, le scrutin s’est déroulé dans un climat apaisé, il convient de revenir sur les faits marquants de la journée.

A 7 heures du matin, dans la plupart des bureaux, le vote a effectivement démarré, comme ce fut le cas du côté de l’école Poudrière, dans le quartier de Bé. A ce poste de vote qui compte au total neuf bureaux, les électeurs sont sortis massivement bien avant la septième heure de la journée qui a consacré l’ouverture officielle du scrutin. Beaucoup ont préféré passer aux urnes assez tôt pour pouvoir vaquer à leurs autres occupations.

Du côté des candidats dans la course au fauteuil présidentiel, les trois qui sont les plus en vue, notamment Faure Gnassingbé, candidat à sa propre succession, Jean-Pierre Fabre et Agbéyomé Kodjo, ont également accompli leur devoir civique respectivement à Kara, au lycée de Kodjoviakpodé (Lomé) et à Tokoin (Lomé).

Hery Rajaonarimampianina, ancien Président malgache et chef de la mission d’observation électorale de l’Union africaine au Togo, a noté un scrutin apaisé dans la plupart des bureaux de vote visités par les observateurs de l’UA.

Les taches d’huile sur la toile de lin

Si au cours des 9 heures qu’a duré le vote dans les différents bureaux, le processus s’est déroulé dans un calme relatif, quelques dysfonctionnements sont, cependant, à souligner.

En effet, vers 17 heures, une heure après la fermeture des postes de vote, le domicile de l’ancien Premier ministre et candidat, Agbéyomé Kodjo, a été encerclé par les forces de l’ordre sous le prétexte que des rumeurs d’agression contre sa personne seraient parvenues au Renseignement, et que cette mesure visait à le protéger. L’opération a duré trois heures.

D’un autre côté, il a été signalé une coupure ou plutôt une instabilité du réseau Internet sur l’ensemble du territoire, des cas de bourrage d’urnes, de votes multiples et de bureaux de vote fictifs.

Par ailleurs, le parti du candidat Agbéyomé Kodjo a annoncé, au terme de la journée, avoir procédé à la compilation de 63% des résultats du scrutin, et estime se trouver en tête du classement. Bad buzz ou vérité ? On le saura dans les heures à venir.