Togo : les résultats des élections à Lomé-Commune reportés

Les résultats de Lomé-Commune ne seront pas encore connus, une semaine après le scrutin législatif au Togo, alors que 5 sièges sont à pourvoir dans cette circonscription électorale. Irrégularités, interférences, pressions… la Commission électorale nationale indépendante (CENI) affronte de nombreux problèmes.

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) qui avoue faire face à des problèmes d’ordre logistique, matériel, organisationnel et humain, a décidé de ne pas les rendre publics et s’en remet à la Cour constitutionnelle.

Selon un communiqué de l’institution en charge des élections, rendu public samedi soir, la centralisation des résultats de Lomé-Commune a démarré « difficilement et dans un local exigü de la Mairie ».

Outre ce problème, fait savoir la CENI, « il a été établi que sur 751 urnes utilisées dans la circonscription électorale de Lomé, un nombre considérable, plus de 300 urnes sont revenues au siège de la Commission électorale locale indépedante (CELI, démembrement de la CENI) de Lomé sans les scellés exigés, mais plutôt protégées par un ruban adhésif, situaton qui suscite des préoccupations ».

La CENI révèle par ailleurs qu’il y a eu des résultats dont les bureaux de vote ne sont pas localisés, car ne figurant pas sur le fichier de la CELI. « Ces résultats ont été invalidés et portent sur 40 bureaux de vote », favorables à l’Union des forces de changement (UFC) de l’opposant Gilchrist Olympio, indique l’institution.

Elle déplore également des « interférences et des pressions » des observateurs, des candidats et des délégués de candidats en ce qui concerne les résultats de Lomé.

Une situation « délétère »

Cette situation jugée « délétère » par la CENI pousse l’institution à « ne pas procéder à la proclamation des résultats provisoires de Lomé- Commune », concluant qu’elle va transmettre un « rapport complet à la Cour constitutionnelle sur ce cas particulier et sur l’ensemble du processus électoral ».

Les résultats de Lomé commune qui suscitent beaucoup d’intérêts, ont occasionné une bagarre dans les bureaux du président de la CENI, entre un représentant du Rassemblement du peuple togolais (RPT, au pouvoir) et un autre de l’UFC, tous deux membres de la CELI de Lomé, déplore un autre communiqué de l’institution, jugeant la situation préoccupante.

L’UFC qui rejette ces allégations, parle de tentatives de « vol » des sièges à Lomé par le parti au pouvoir, qui a déjà remporté 49 sièges sur les 81 à l’Assemblée nationale, contre 23 pour le parti d’opposition.

Déjà, dès la proclamation des résultats des autres circonscriptions électorales, mercredi dernier, le rapporteur de la CENI, Kokou Tozoun (représentant du RPT), avait annoncé publiquement que les résultats de Lomé ont une « très forte tendance UFC », rappelle-t-on.

Lire aussi :

 Législatives au Togo : les premiers résultats du dépouillement

 Togo : le parti au pouvoir grand vainqueur des législatives