Togo : la police saisit 4 tonnes d’ivoire en une semaine

La police togolaise a effectué une saisie de 4 tonnes d’ivoire, au port de Lomé, en moins d’une semaine.

C’est une nouvelle grosse pêche que la police togolaise a effectuée. Elle a saisi plus de deux tonnes d’ivoire, au port de Lomé, portant à quatre tonnes le total de l’ivoire saisie en moins d’une semaine, a indiqué ce jeudi le ministre de l’Environnement et des Ressources forestières, André Johnson. C’est en effet « plus de 2,1 tonnes d’ivoire qui ont été encore saisies, hier, dans deux autres conteneurs, au port autonome de Lomé. Le stock d’ivoire saisi appartient toujours au propriétaire du conteneur dans lequel la première saisie a été opérée la dernière fois », a-t-il précisé.

Déjà le 23 janvier, près de 1,7 tonne avait été saisie au port de Lomé, dans un conteneur chargé de bois en partance pour le Vietnam. « Le propriétaire du conteneur est un Vietnamien. Ce dernier est arrêté, ainsi que deux Togolais. Les enquêtes se poursuivent toujours pour démanteler ce réseau de trafiquants d’ivoire », a indiqué le ministre de l’Environnement.

Pas plus tard que août 2013, près de 700 kg d’ivoire – dont une grande partie provenait du Tchad – avaient été saisis par la police togolaise, dans une boutique, à Lomé, appartenant à un Togolais âgé de 58 ans. L’affaire avait fait la Une de la presse locale. Le trafic d’ivoire et des espèces menacées est un véritable fléau en Afrique. Bien que le commerce international de l’ivoire ait été interdit en 1989 par la Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction (CITES), il a pris de l’ampleur ces dernières années, en raison d’une forte demande au Moyen-Orient et en Asie, où les défenses d’éléphants sont utilisées dans la fabrication d’objets décoratifs et en médecine traditionnelle.