« The 99 », des super-héros musulmans en Amérique

fattah.jpg

Des super-héros américains travaillant main dans la main avec des super-héros musulmans : c’est désormais possible. L’éditeur américain DC Comics vient de publier le premier numéro d’une série de BD où The 99, les héros crées par le Koweïtien Naif al-Mutawa, joueront les guest stars chez les Superman, Wonder Woman et consorts. Une aventure interculturelle qui suscite beaucoup d’enthousiasme, mais aussi des résistances.

Des super-héros musulmans à la rencontre de Batman et Superman. Le célèbre éditeur américain de bande dessinée DC Comics a publié mercredi le premier des 6 numéros de JLA (The Justice League of America)/The 99, une série spéciale où, pour la première fois dans l’histoire de la BD, des super-héros musulmans s’allient à leurs confrères américains dans leur lutte éternelle contre le Mal.

Des super-héros ordinaires

C’est au fond d’un taxi londonien, en 2003, que le Koweïtien Naif al-Mutawa eut le déclic pour The 99 : « Je venais de terminer mes études, j’avais 32 ans, et ne savais pas vers quoi m’orienter(…) En pensant à la façon dont l’islam est parfois malmené, je me suis dit : et pourquoi pas inventer des super-héros qui portent notre culture, de manière ouverte et positive ? », témoigne l’entrepreneur sur rue 89. En 2007, Naif al-Mutawa fonde la maison Teshkeel Comics et lance les premiers épisodes des aventures des 99, avec l’idée de créer des « icônes modernes et multiculturelles, dans lesquelles n’importe qui peut se reconnaître. » La suite de l’histoire est une success story à l’américaine : près d’un million d’exemplaires vendus chaque année au Koweït.

La popularité de ces super-héros, dont le nombre mythique renvoie aux 99 attributs d’Allah, est telle qu’un parc d’attraction qui leur est dédié ouvrira ses portes en mars 2009. Le président américain lui-même tombe sous le charme des 99. Lors d’un sommet sur l’entreprenariat en avril 2010, Barack Obama les complimente sur leur capacité à « captiver l’imagination d’un grand nombre de jeunes, en personnifiant les valeurs et la tolérance de l’islam. »

Les fana de BD se languissent depuis déjà plus d’un an de ce featuring entre les super-héros musulmans et Américains. Pourtant, il s’agit de héros bien différents de leurs confrères yankees. Les 99 ne mènent pas de double vie comme les Wonder Woman, Superman et consorts. Ce sont juste des citoyens lambda qui ont, un jour, développé des pouvoirs surnaturels au contact 99 pierres éparpillées de par le monde. Ce sont, de plus, des aventuriers bien plus solidaires. « Plutôt que de lutter seuls en super-vedettes, les héros ont des pouvoirs complémentaires et combattent le Mal ensemble », analyse dans l’Express Domar Idrissi, anthropologue et initiateur de la traduction française.

Le multiculturalisme et l’esprit de tolérance des super-héros de Naif al-Mutawa ne protègent pas forcément des critiques. Cette collaboration reste très mal perçue par certains qui accusent l’éditeur américain de « traitrise » envers les Etats-Unis. « Merci Time Warner de nous montrer de quel côté vous êtes. Je suppose qu’on peut vous ajouter à la liste des compagnies traîtresses qui ont oublié le 11 Septembre 2001 », réagit un internaute sur le site du journal britannique The Guardian. Le projet n’est pas non plus du goût des islamo-conservateurs. Les autorités saoudiennes, qui ont jugé les costumes des super-women Noora et Nunita un tantinet trop moulants, ont interdit le comic dans leur pays. C’est dire que Les 99 ont encore fort à faire pour sauver le monde de ces extrémistes.

 Visitez le site : The 99