Terrorisme : confirmation de la mort d’Abou Bakr al-Baghdadi en Syrie

Abou Bakr al-Baghdadi

Le chef de l’organisation djihadiste Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi serait mort. L’homme le plus recherché de la planète et dont la tête avait été mise à prix par Washington, aurait perdu la vie en Syrie, lors d’une incursion des troupes américaines.

Ce dimanche 27 octobre 2019 au matin, le Président américain, Donald Trump, annonçait qu’il ferait une déclaration très importante. Les chaînes télévisées  CNN et ABC avaient déclaré que l’annonce du Président pourrait s’agir de la mort du chef djihadiste ; des propos qui ne seront pas confirmés par la Maison Blanche.

Ce ne sera que quelques heures plus tard, que le Président Donald Trump confirmera la mort d’Abou Bakr al-Baghdadi, décès survenu lors d’une incursion des troupes américaines en Syrie. Les tests ADN ont confirmé qu’il s’agissait bel et bien du chef de Daesh. Et comme les rumeurs le prétendaient aussi, Abou Bakr al-Baghdadi se serait fait exploser à l’aide d’une veste bourrée d’explosifs ; des faits confirmés par le Président des Etats-Unis, Donald Trump.

Irakien de 48 ans, Abou Bakr al-Baghdadi est parvenu à réaliser l’alliance entre djihadistes convaincus venus du monde entier et anciens militaires de l’armée de Saddam Hussein. Son nom a même été cité dans les attentats qui ont frappé la France en novembre 2015. Les Etats-Unis avaient misé une bagatelle de 25 millions de dollars pour la capture de ce redoutable terroriste.

En Afrique, des groupes terroristes avaient porté allégeance à la structure d’Abou Bakr al-Baghdadi. C’est le cas du groupe terroriste Boko Haram, basé au Nigeria et dirigé par le féroce Abubakar Shekau. Lequel groupe a étendu ses tentacules en frappant au Tchad, au Niger, entre autres. Depuis le début de l’insurrection, en 2009, le groupe terroriste a fait des milliers de morts et causé des millions de déplacés.