Tentative de putsch en Sierra Leone : l’ex-Président Koroma suspecté


Lecture 3 min.
Ernest Bai Koroma, ancien Président de la Sierra Leone
Ernest Bai Koroma, ancien Président de la Sierra Leone

L’ancien Président sierra-léonais, Ernest Bai Koroma, est suspecté d’avoir pris part à la tentative de coup d’État du 26 novembre dans le pays.

La traque se poursuit en Sierra Leone pour mettre hors d’état de nuire toutes les personnes suspectées d’avoir tenté de déstabiliser le pays. Ce, à la suite des évènements du 26 novembre dernier, alors que des échanges de coups de feu ont ponctué cette nuit de samedi à dimanche. Une tentative de coup d’État ? Le Président avait d’emblée écarté cette thèse.

Tentative de coup d’État

« Aux premières heures de ce matin, il y a eu une atteinte à la sécurité dans les casernes militaires de Wilberforce à Freetown, lorsque des individus non identifiés ont attaqué l’armurerie militaire. Ils ont toutefois été repoussés par nos vaillantes forces de sécurité et le calme est revenu », avait écrit le Président Julius Maada Bio dans un tweet. Par la suite, les déclarations évoluaient.

En effet, le gouvernement a fini par qualifier les évènements de tentative de coup d’État. « Cinquante-sept personnes ont été arrêtées depuis le coup d’État manqué », avait déclaré, lundi 4 décembre, le vice-ministre chargé de l’Information, Yusuf Keketoma Sandi. Il s’agissait de 37 militaires, 10 civils, 4 soldats congédiés, 5 policiers en activité et un à la retraite.

Amadu Koita plus recherché que Koroma ?

Le mardi 5 décembre, le gouvernement sierra-léonais faisait une grosse annonce. « L’un des organisateurs de la tentative de coup d’État manqué du 26 novembre, Amadu Koita, qui figurait en tête de la liste des personnes recherchées, a été arrêté hier à 23h30 », avait déclaré Chernor Bah, ministre sierra-léonais de l’Information. Et hier, mardi 15 décembre, le chef de la police sierra-léonaise pointait un suspect. Et non des moindres.

« Au regard de la déclaration qu’il a faite volontairement à la police, il fait partie des suspects », a dit Fayia Sellu faisant allusion . Ce dernier répondait à une question du ministre de l’Information Chernor Bah. « L’inspecteur général de la police a confirmé que l’ex-Président Ernest Bai Koroma est un suspect dans le cadre des enquêtes en cours », a dit l’officiel, en conférence de presse.

21 morts, 80 arrestations

M. Koroma a été interrogé mardi, pour la quatrième fois, par la police de Freetown. Samedi, les autorités sierra-léonaises avaient annoncé que l’ex-dirigeant avait été assigné à résidence. D’anciens responsables de sa sécurité sont soupçonnés par les autorités sierra-léonaises d’avoir participé aux violences. Une nouvelle liste de 54 personnes recherchées a été publiée. Parmi celles-ci, la fille de l’ex-Président Koroma, qui serait en lien avec ces évènements.

Le ministre de l’Information a révélé que les forces de sécurité ont mis la main sur 29 des 47 fusils d’assaut et cinq des sept lance-roquettes des présumés putschistes. Le 26 novembre, des hommes avaient attaqué une armurerie militaire, deux casernes, deux prisons et deux postes de police. 21 morts ont été dénombrés : 18 membres des services de sécurité ainsi que trois assaillants. Depuis lors, 80 personnes en lien avec ces événements ont été arrêtées.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter