Tentative de coup d’Etat en RDC, 40 morts

Au moins quarante des assaillants ont été tués lors des attaques perpétrés ce lundi matin dans la capitale congolaise Kinshasa.

Kinshasa a particulièrement été troublée ce lundi matin par une multitude d’attaques imputée à un groupe armé dirigé par un prénommé Paul-Joseph Mukungubila, selon la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC). D’abord, des hommes armés se sont emparés de la RTNC, prenant en otage des journalistes. L’aéroport de Kinshasa a également été occupé par des hommes armés ainsi que le camp militaire de Tshatshi. Au total, quarante des assaillants ont été abattus par les forces de l’ordre, ont annoncé les autorités sur la télévision nationale.

La situation est désormais maîtrisée martèlent les autorités. Lambert Mende, porte-parole du gouvernement, a assuré que « les forces gouvernementales de la République démocratique du Congo ont repris le siège de la radio-télévision publique, capturé aujourd’hui par un groupe armé, et contrôlent la situation à Kinshasa, y compris à l’aéroport ». Des tirs intenses avaient en effet éclaté dans la matinée de ce lundi à l’aéroport international de Kinshasa, peu après la prise de contrôle du siège de la radio-télévision publique par des hommes armés, où une fusillade avait été signalée, a confirmé un responsable des douanes.

Qui sont les auteurs de ces attaques qui ont ébranlé la capitale congolaise ? Selon plusieurs sources, ces hommes armés appartiendraient à un commando se réclamant de Paul-Joseph Mukungubila, considéré comme « un illuminé qui venait de se proclamer président d’Afrique ». Un des assaillants de la RTNC aurait ainsi lu un message en son nom, déclarant vouloir « libérer le peuple congolais de l’esclavage des Rwandais », selon la télévision belge RTBF.

Cet homme, qui s’autoproclamerait prophète, serait originaire de Lubumbashi mais vivrait à Kinshasa. Il ne serait apparemment pas à son premier coup d’essai de déstabilisation du pouvoir.