Tentative de coup d’Etat au Niger : 13 personnes arrêtées

Treize personnes ont été arrêtées dans le cadre de l’enquête sur la tentative de coup d’Etat déjouée le mois dernier au Niger.

Treize personnes, douze militaires et un civil, ont été interpellées dans le cadre de l’enquête sur la tentative de coup d’Etat déjouée au mois de décembre au Niger, a annoncé mercredi le ministre nigérien de la Défense, Mahamadou Karidio. Parmi les personnes interpellées, quatre des suspects ont reconnu leur responsabilité, précisant qu’ils voulaient mener un coup d’Etat le 18 décembre, jour du 57e anniversaire de la République du Niger, précise le ministre de la Défense.

Le 18 décembre, c’est le Président nigérien, Mouhammadou Issoufou lui-même, qui a annoncé avoir déjoué un attentat. « Le gouvernement vient de déjouer une tentative malheureuse de déstabilisation des institutions », avait-il déclaré, dans un message traditionnel diffusé à la veille des cérémonies de l’indépendance. Puis, une série d’arrestations avait suivi l’intervention du chef de l’Etat. Elles s’étaient même étendues à des officiers subalternes. Le patron de la base aérienne, le lieutenant-colonel Dan Haoua et l’inspecteur général des armées, le Général Salou Souleymane, faisaient partie des officiers mis aux arrêts.

Il faut dire que la situation est tendue au Niger, notamment entre le pouvoir et les opposants, à un mois de la Présidentielle qui se tiendra le 26 février prochain.

L’opposition a même organisé une marche, dimanche dernier, à Niamey, pour « dénoncer des arrestations arbitraires » de « plusieurs de ses militants » et réclamer « l’accès équitable aux médias publics » ainsi que des « élections transparentes ». Elle accuse également régulièrement le pouvoir de tenter de diviser les partis n’appartenant pas à la majorité. De leur côté, les chefs religieux traditionnels ont appelé les deux parties au calme pour l’intérêt du pays.