Tennis de table : les Congolais champions d’Afrique

Le Congo a réalisé un exploit dimanche lors des 8e Championnats d’Afrique des moins de 21 ans. L’équipe masculine s’est offert à Brazzaville la plus haute marche du podium en battant une Afrique du Sud rageuse et déterminée. Les filles se sont classées à la troisième place après une lutte acharnée contre des Sud-Africaines aussi combattives que leurs compatriotes pongistes mâles.

Notre envoyée spéciale à Brazzaville

Le président de la Fédération congolaise de tennis de table était tout sourire après la victoire de l’équipe masculine, dimanche, à Brazzaville, aux 8e Championnats d’Afrique des moins de 21 ans. « Je ressens une certaine fierté parce que les investissements réalisés pour la promotion du tennis de table ont porté leurs fruits. Je remercie d’ailleurs le président [Denis Sassou Nguesso] et le gouvernement qui sont les principaux sponsors de ce sport », a déclaré Henri Djombo, également ministre de l’Economie Forestière.

C’est la première fois de son histoire que l’équipe congolaise masculine arrive sur la plus haute marche du podium. Elle s’est imposée en battant une Afrique du Sud déterminée et rageuse dans trois matchs sur quatre. Le Congolais Abiodun Lawal à remporté le premier match contre Theo Cogill en le distançant de plus en plus au fil des échanges (14-12 ; 11-8 ; 11-7). Benoit Mavoungou, lui, s’est imposé dans le premier set face à Luke Abrahams (11-8) mais a perdu de peu les deux suivants (9-11 ; 8-11), avant de s’écrouler dans la dernière manche (2-11). Le Congo a par la suite repris l’avantage grâce à la performance de Junior Tamba, qui n’a laissé aucune chance à Kurt Lingeveldt (12-10 ; 11-5 ; 11-7).

Champion de son pays d’adoption

Pour remonter la pente, l’Afrique du Sud a aligné de nouveau l’énergique Luke Abrahams, auquel le Congo a opposé Abiodun Lawal. Le complexe sportif Ouenze, qui jusqu’ici soutenait les joueurs congolais par intermittence, se montre plus présent. C’est dans ce contexte que Luke Abrahams s’offre le premier set (11-9). Le joueur d’origine nigériane revient en force, gratifie son adversaire d’une cinglante défaite dans la manche suivante (11-3) et parvient à faire la différence lors des deux derniers sets (11-8 ; 11-9). Il devient alors le champion de son pays d’adoption.

L’équipe féminine congolaise, qui jouait avant les hommes, s’est bien défendue, mais pas suffisamment face aux tigresses sud-africaines. La ténacité de Chancelvie Oualembo, qui lui a permis de remporter deux manches consécutives (11-7 ; 12-10), n’a pas eu raison de Zodwa Maphanga, victorieuse dans le premier set et les deux derniers (11-8 ; 11-4 ; 11-4). Quant à Jolie Mafuta-Ivoso, elle s’est inclinée lors des trois sets disputés contre Khanyisile Madlala (11-4 ; 11-2 ; 11-9). Esperancia Oualembo s’en est mieux sortie en arrachant deux sets (11-9 ; 11-9) à Stephany Martin, qui s’est toutefois montrée d’un niveau supérieur (11-9 ; 11-8 ; 11-2). Résultat, les Sud-Africaines sont arrivées premières et les Congolaises troisièmes.

Classement Hommes :

Congo 1er

Afrique du Sud 2e

Algérie 3e

République Démocratique du Congo 4e

Classement Femmes :

Afrique du Sud 1er

République Démocratique du Congo 2e

Congo 3e

Angola 4e

Lire aussi :

 L’Afrique du tennis de table se retrouve au Congo