Télécommunications : Bharti Airtel et IBM partenaires en Afrique

Bharti Airtel, le premier opérateur indien de téléphonie mobile, a signé vendredi un accord à hauteur de 1,5 milliards de dollars avec le spécialiste américain des technologies de l’information, IBM. Objectif : gérer la partie informatique de développement des réseaux mobiles dans 16 pays africains. L’accord devrait être finalisé fin 2010.

Le marché émergent des télécommunications en Afrique séduit. La société indienne Bharti Airtel a annoncé vendredi à Nairobi la signature d’un contrat avec IBM pour la gestion informatique du réseau de communication mobile dans 16 pays africains[[Bharti Airtel exerce des activités au Burkina Faso, Tchad, Congo Brazzaville, République démocratique du Congo, Gabon, Ghana, Kenya, Madagascar, Malawi, Niger, Nigeria, Seychelles, Sierra Leone, Tanzanie, Ouganda et Zambie.]]. Un accord qui devrait être finalisé au quatrième trimestre 2010.

« IBM et Bharti Airtel ont connu beaucoup de succès ensemble, notamment en Inde, et nous comptons maintenant appliquer ce modèle à l’Afrique », a déclaré Samuel Palmisano J, président et chef de la direction d’IBM lors de la conférence de presse. Le nouveau contrat signé entre IBM et Bharti Airtel s’étend sur dix ans, et même si son montant exact n’a pas été précisé, le New York Times a avancé le chiffre de 1,5 milliards de dollars.

Ce partenariat devrait permettre à Bharti Airtel de développer la couverture 3G à un prix abordable à travers le continent. IBM supervisera la gestion de l’ensemble des applications de la technologie, ainsi que les opérations de traitement et de stockage des données.

En outre, IBM va déployer des technologies de pointe créées par IBM Research, comme le Web parlé : une technologie à commande vocale qui permet aux utilisateurs d’accéder à Internet et de partager de l’information simplement en parlant via un téléphone. Ceci dans le but de permettre aux populations pas ou peu alphabétisées, aux personnes souffrant de déficience visuelle, ou à celles qui n’ont tout simplement pas accès à un PC de bénéficier de l’Internet.

Un marché prometteur

Les prestations de la firme américaine devraient ainsi permettre à Bharti Airtel d’être plus performante en matière de facturation, de gestion des appels et le lancement de nouveaux services (musique, vidéo etc) tout en ayant pour objectif de supporter 100 millions d’utilisateurs d’ici 2012.

En effet, un rapport du cabinet Deloitte indique qu’aujourd’hui, seulement 40 Africains sur 100 ont un téléphone mobile. Cependant, la demande croît à un taux moyen de 25% par an.

Sunil Bharti Mittal, le président et directeur général de Bharti Airtel, a flairé le formidable potentiel de ce marché émergent et selon lui : «Il existe d’énormes possibilités dans toute l’Afrique pour transformer la façon dont les gens communiquent. Développer le secteur d’une communication mobile abordable pour tout le monde est notre priorité. »

Pour le New York Times, le partenariat avec Bharti Airtel symbolise la nouvelle stratégie d’IBM sur le continent africain où la multinationale est présente depuis une cinquantaine d’années. IBM aurait ainsi investi près de 300 millions de dollars en Afrique sur les cinq dernières années.

Une analyse confirmée par Bruno Di Leo, directeur d’IBM chargé des marchés émergents, qui a déclaré au New York Times que ce nouveau contrat « était un énorme pas en avant pour IBM dans ce que la firme considère comme le prochain grand marché émergent : l’Afrique».

Ce partenariat devrait permettre d’accélérer la mise en place des télécommunications mobiles en Afrique et avoir un impact positif sur le développement économique du continent.

Lire aussi :

 Téléphonie mobile : le géant indien Bharti Airtel s’implante en Afrique