Tchad, Tirs sur un blindé français : que s’est-il passé devant la résidence de Déby ?

Soldats français de l'Opération Barkhane

Au Tchad, un véhicule blindé de l’opération Barkhane a échangé des tirs avec la garde présidentielle, ce lundi 13 juillet 2020 à N’Djamena,  devant la résidence privée du Président Idriss Déby Itno. Que s’est-il passé ?

Les versions divergent. Si certains journaux au Tchad ont évoqué un « blindé de l’opération Barkhane », d’autres font état d’un « véhicule banalisé avec des militaires français à son bord », qui a essuyé des tirs, ce lundi 13 juillet, à proximité de la résidence privée du chef de l’Etat tchadien, à N’Djamena, à quelques encablures de l’aéroport.

Selon une source sécuritaire, le véhicule en question s’est immobilisé près de la résidence privée du dirigeant tchadien et de la mosquée qui se trouve à proximité pour prendre des photos. C’est alors que des militaires tchadiens ont ouvert le feu, parvenant à atteindre deux pneus.

Le véhicule parvient à quitter les lieux pour aller s’immobiliser au rond-point des Grands Travaux. Si d’aucuns disent que c’est « un véhicule Hilux 4X4 bâché qui a connu des problèmes devant le palais présidentiel », d’autres indiquent que c’est un « blindé de Barkhane », qui a aussitôt été encerclé par d’autres blindés français, non loin du lieu de l’incident.

Des militaires de l’opération Barkhane seraient donc rapidement intervenus avec des blindés pour sécuriser et évacuer le véhicule ainsi que ses occupants. Non sans quelques tensions et un embouteillage. Des militaires tchadiens qui ont voulu fouiller le véhicule se seraient heurtés à un refus.

Une source sécuritaire tchadienne a par la suite confié qu’il s’agit du même type de véhicule impliqué dans un incident similaire, le 9 juin dernier, à N’Djamena. Ce jour, deux véhicules de l’opération Barkhane, « en repérage pour un éventuel déplacement de leurs patrons », ont essuyé des tirs de la garde présidentielle tchadienne.