Tchad : plusieurs arrestations après la manifestation de Wakit Tama

Manifestation à N'Djamena, Tchad
Manifestation à N’Djamena, au Tchad

Des personnalités sont arrêtées, samedi soir, après la manifestation anti-française organisée par la coalition Wakit Tama à N’Djamena. C’est la conséquence des actes de vandalisme perpétrés contre des stations Total à l’occasion de la marche.

N’Djamena était en ébullition ce samedi 14 mai 2022. Des centaines de Tchadiens avaient, en effet, investi les rues de la capitale, à l’appel de la coalition de la société civile Wakit Tama pour protester contre l’ingérence de la France dans la politique tchadienne et le soutien de Paris au Conseil militaire de transition. La marche autorisée par le régime de transition et qui se voulait pacifique a fini par servir de prétexte à des actes de vandalisme perpétrés contre six stations Total considérées comme des symboles de la France. Des lycéens se sont attaqués à ces stations, détruisant leurs installations et emportant des objets, en dépit de la présence d’un fort dispositif de sécurité mis en place pour encadrer la manifestation.

Suffisant pour que les autorités tchadiennes montent au créneau pour dénoncer le fait et procéder à des interpellations. Samedi soir, le général Idriss Dokony Adiker, ministre de la Sécurité publique déclarait : «la situation est rentrée dans l’ordre. Nous maîtrisons la situation. Ceux qui sont complices ou coupables devront être présentés devant des juridictions pour répondre de leurs actes». Pour le général, il est inadmissible de «s’en prendre aux intérêts des partenaires et faire prendre des risques aux enfants».

Et d’ajouter : «Aller vandaliser une station d’essence, Dieu seul sait ce que ça va causer».
Le même samedi soir, des arrestations ont été enregistrées dans le rang des manifestants. Parmi eux, Hissein Massar Hissein, ancien conseiller des Déby, père et fils, à l’enseignement supérieur, l’avocat Koude Mbaïnaissem, militant associatif, et Youssouf Korom Hamid, secrétaire général du Syndicat des commerçants fournisseurs tchadiens (SCFT).

A lire : Tchad : la manifestation de Wakit Tama dispersée par la police