Tchad : l’Union Africaine appelle à une action… africaine contre Boko Haram

L’Union Africaine a condamné, dimanche soir, l’attentat commis par Boko Haram dans le marché central de la capitale tchadienne, N’Djamena, et appelé à une réponse africaine.

La présidente de la Commission de l’Union Africaine (UA), Nkosazana Dlamini Zuma, a appelé à une action africaine coordonnée contre Boko Haram, après l’attentat revendiqué par la secte islamiste dans le marché central de la capitale tchadienne, N’Djamena, ce samedi. L’attaque a fait 16 morts et plus de 80 blessés, selon un bilan provisoire.

Cet attentat suicide perpétré par un homme déguisé en femme sous un voile intégral est « une illustration supplémentaire de la nécessité et de l’urgence d’une action africaine encore plus résolue et mieux coordonnée pour lutter contre le fléau du terrorisme et de l’extrémisme violent », rapporte l’institution panafricaine, dans un communiqué. La police, ayant trouvé suspect le kamikaze, a tenté de l’interpeller. A ce moment, il a actionné ses charges explosives attachées autour de sa taille. Des commerçants et un gendarme ont également été tués dans l’explosion, ainsi que le kamikaze dont la tête a été retrouvée à proximité de l’attentat, comme ont pu constater des journalistes locaux.

Laurent Fabius a condamné un « attentat odieux »

L’UA a renouvelé son soutien aux membres de la Commission du bassin du Lac Tchad (CBLT), notamment le Cameroun, le Niger, le Nigeria, le Tchad et le Bénin engagés dans une lutte contre Boko Haram à travers le déploiement militaire d’une force multinationale mixte contre le groupe rebelle. Le Tchad est en première ligne dans les combats. Le pays a déployé près de 5 000 combattants sur le terrain.

Le cœur de la capitale tchadienne a entièrement été bouclé et le Premier ministre Kalzeube Pahimi Deubert aurait tenu une réunion d’urgence sur la situation. Le ministre français de Affaires étrangères Laurent Fabius a « condamné avec la plus grande fermeté » cet « odieux attentat », dans un communiqué, dimanche. C’est le troisième attentat d’envergure commis par Boko Haram sur le sol tchadien à N’Djamena après la double attaque du 15 juin dernier, devant le commissariat central et l’école de police, qui a fait 32 morts et 106 blessés.