Tchad : l’ancien Premier ministre dans le viseur de la justice


Lecture 1 min.
arton45922

L’ancien Premier ministre tchadien, Joseph Djimrangar Dadnadji, est dans le collimateur de la justice. Accusé de surcharges supposées sur son acte de naissance, il a été convoqué par la justice. Pour certains observateurs, il serait tout simplement victime d’un complot.

Joseph Djimrangar Dadnadji a répondu, lundi 9 février 2015, à une convocation du procureur de la République. Cette convocation fait suite à une demande de certificat de nationalité faite par l’ancien Premier ministre auprès de l’administration tchadienne. Cette dernière ayant mis la main sur ce certificat, estime que le document comporte des surcharges.

Victime d’un complot ?

Répondant aux accusations à son encontre, Djimrangar Dadnadji a précisé qu’il avait modifié son prénom en y rajoutant Joseph après s’être converti au christianisme, en 2010. Un acte porté à la connaissance de la justice. Une explication qui ne semble pas avoir convaincu le procureur, puisqu’il a inculpé Joseph Djimrangar Dadnadji.

Cependant, selon les observateurs internationaux, l’ancien Premier ministre serait victime d’un complot. Après avoir démissionné du Mouvement patriotique du Salut qui est le parti au pouvoir, Joseph Djimrangar DadnadjI souhaite créer son propre parti. Pour les observateurs, plusieurs personnes cherchent à lui mettre des bâtons dans les roues.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter