Tariq Ramadan : « Le peuple de Gaza a été trahi par les Etats arabes et Obama »

Invité au week-end solidaire, un Forum pour trouver des moyens d’améliorer la solidarité au Sénégal, qui s’est tenu à Dakar, Tariq Ramadan, comme à son habitude, n’est pas passé inaperçu. L’islamologue qui a donné une conférence devant plus d’une cinquante de jeunes Sénégalais a vivement critiqué les Etats arabes qu’il accuse d’avoir « trahi le peuple de Gaza », qui subit actuellement les bombardements d’Israël, et a notamment fustigé la position du Président Obama dans ce conflit.

A peine s’est-il mis debout pour prendre la parole que toute l’assistance a commencé à l’applaudir. « Non je ne veux pas d’applaudissements, je ne suis pas là pour ça ! Alors s’il vous plait plus d’applaudissements ! », dis d’un ton ferme Tariq Ramadan. Il faut dire que l’islamologue est un habitué de la capitale sénégalaise, où il se rend régulièrement, rappelant qu’il est venu au Sénégal pour la première fois en 1982.

D’ailleurs sur sa page Facebook, le deuxième pays où il est le plus suivi, c’est le Sénégal. Donc ce n’est pas étonnant qu’il ait répondu à l’invitation du WAS (le week-end solidaire), samedi dernier à l’école IAM, à Dakar. Cette manifestation culturelle a été organisée par des jeunes Sénégalais, certains issus de la diaspora, pour repenser la solidarité au Sénégal autour d’une table. Comme venir en aide à son prochain dans des sociétés de plus en plus individualisées ? Comment permettre à son association d’être efficace dans ses actions ? Tant de questions mises sur la table.

Mais avant de débuter son propos, Tariq Ramadan a d’abord tenu à évoquer la situation à Gaza, « où les Palestiniens subissent toutes les 20 secondes les bombardements de l’armée israélienne. Le peuple de Gaza est victime de la trahison de tous les Etats arabes, en commençant par l’Egypte qui a fermé sa frontière avec Gaza », a fustigé Tariq Ramadan. Il a aussi été très virulent vis-à-vis de Obama. En soutenant Israël, « Barack Obama est complice, par son silence, de crimes contre l’humanité », a-t-il dit.