Tanzanie : violences à Zanzibar après les ratés du scrutin de dimanche

A l’inverse de la métropole, les élections tanzaniennes prennent un tournant inquiétant dans l’archipel semi-autonome de Zanzibar. Suite à des irrégularités dans le déroulement du scrutin, le ton monte entre membres de l’opposition et forces de l’ordre.

La République unie de Tanzanie appelait hier aux urnes ses 10 millions de citoyens pour élire le parlement et le nouveau président de l’union. Bénéficiant d’un statut semi-autonome, les habitants des archipels de Zanzibar et de Pemba devaient également se prononcer pour leur propre parlement. Si le scrutin s’est déroulé dans le calme en métropole, le processus électoral a connu de graves ratés dans les îles. Les résultats sont normalement attendus pour demain.

La Commission Electorale de Tanzanie (ZEC) devait par deux fois intervenir pour stopper le déroulement d’un scrutin que des observateurs du Commonwealth qualifient, selon l’AFP, de  » mépris colossal  » pour la démocratie. Dès dimanche soir, de retour de Pemba, pour des raisons qui n’ont pas encore été divulguées, un officiel de la ZEC suspend les élections dans le district de Chake Chake. Dans la nuit de dimanche à lundi, c’est le scrutin de 16 des 50 circonscriptions de Zanzibar qui est annulé par la ZEC et qui donnera lieu à un vote ultérieur dont la date n’a pas été arrétée. Selon l’AFP, de nombreux bureaux de vote n’avaient pas reçu le matériel nécessaire à l’accomplissement du devoir citoyen.

Des affrontements avec les forces de l’ordre

Ces retards dans les opérations de vote ont soulever la colère du principal parti d’opposition, le Front Civique Uni (CUF). Il pose un ultimatum à la ZEC et lui donne une semaine pour se dissoudre et pour annuler la totalité du scrutin. Dans le cas contraire, « la ZEC portera l’entière responsabilité de tout ce qui se passera « , rapporte RFI. Des affrontements entre la police anti-émeute et les premiers manifestants se sont déjà soldés, selon l’AFP, par des tirs à balles réelles dans les rues de Zanzibar et de nombreuses arrestations. Ils font craindre le pire pour la suite du vote national et met bien à mal l’image démocratique du pays déjà entachée lors du précédent scrutin de 1995.

Le site des élections tanzaniennes 2000