Tanzanie : le tourisme de luxe menace les Hadzabe

Des centaines de chasseurs-cueilleurs hadzabe seront expulsés si une concession est attribuée à une compagnie de safaris sur leurs terres ancestrales.

De notre partenaire Survival international

Tanzania UAE Safari Ltd, qui appartient à des membres de la famille royale des Emirats arabes unis, négocie actuellement avec le gouvernement tanzanien pour obtenir une concession de 3 975 km2 dans la vallée de Yaida où les Hadzabe vivent depuis des millénaires.

Si cette concession de chasse est accordée, les Hadzabe perdront leurs principaux moyens de subsistance : la chasse et la cueillette. Ils deviendront vraisemblablement des indigents, avec des conséquences dramatiques sur leur espérance de vie et leur bien-être général.

Le mois dernier, deux porte-parole hadzabe ont été arrêtés au cours d’une rencontre avec des fonctionnaires locaux à qui ils faisaient part de cette affaire et de ses conséquences potentielles sur leur peuple. Ils ont été relâchés peu après.

Les Hadzabe recherchent une solution durable, en concertation avec toutes les parties, respectant les droits territoriaux et le mode de vie de leur peuple.

Ils représentent une population de 1 500 à 2 000 personnes. Ils sont l’un des plus ancien peuple d’Afrique et parlent une langue à click, comme les Bushmen.

Leur survie, en tant que chasseurs-cueilleurs, dépend étroitement d’un espace territorial suffisant et de ses ressources naturelles. Jusqu’aux années 1950, ils vivaient uniquement de chasse et de cueillette dans de petits campements nomades et n’avaient ni chef, ni organisation politique formelle.

Le gouvernement tanzanien a fait plusieurs tentatives de sédentarisation des Hatzabe dans des villages pour les transformer en fermiers. Aujourd’hui, la majorité d’entre eux vit dans des campements, dans des huttes aux toits de palme, mais ils continuent de nomadiser dans le bush en quête de nourriture.

Il n’est pas étonnant qu’aucun projet agricole hadzabe n’ait abouti, le climat chaud et sec ne s’y prêtant pas. Un ancien Hadzabe a dit à un représentant de Survival : « Nous ne mourrions pas de faim lorsque nous jouissions pleinement de nos terres. Mais maintenant que la plupart d’entre elles sont occupées et continuent de l’être, beaucoup d’Hadzabe ont faim ».

Plus d’informations sur Survival