Soudan: plus que 365 jours pour garantir la paix

ujourd’hui, des milliers de militants du monde entier se rassemblent autour d‘événements organisés dans 15 pays afin d’interpeller les dirigeants internationaux à agir immédiatement pour prévenir le retour du conflit au Soudan.

La date du 9 janvier 2010 marque le lancement de la campagne « Sudan 365», campagne mondiale d’une année sur le Soudan, organisée par une coalition d’ONG dont Amnesty International, Human Rights Watch, la Fédération internationale des ligues des Droits de l’Homme, Refugees International, le Darfur Consortium et la Coalition arabe pour le Darfour.

Cette journée mondiale de mobilisation se tiendra le jour même du cinquième anniversaire de l’accord de paix global qui a mis un terme à la guerre civile entre le Nord et le Sud Soudan et exactement un an avant le référendum qui décidera de l’avenir du Soudan (ainsi que le prévoit l’accord de paix). En 2009, la violence s’est nettement intensifiée au Sud Soudan, entraînant la mort de plus de 2 500 personnes et le déplacement forcé de 350 000 personnes[1]. De nombreuses questions litigieuses entre le Nord et le Sud demeurent sans réponses, la violence interethnique s’intensifie dans le Sud Soudan et les attaques continuent contre les civils du Darfour. Experts et ONG s’inquiètent d’un retour au conflit quipourrait déstabiliser toute la région et accroître encore le nombre de victimes parmi les populations civiles.

La campagne « Sudan365 » est soutenue par des percussionnistes célèbres – dont Stewart Copeland du groupe The Police, Nick Mason du groupe Pink Floyd, Phil Selway du groupe Radiohead, Jonny Quinn du groupe Snow Patrol, Caroline Corr, Richard Jupp du groupe Elbow, ainsi que Mohammed Mounir et Mustapha Tettey Addy, réunis pour créer un « rythme pour la paix » au Soudan. Un clip vidéo de leur performance accompagne le lancement de la campagne. Aujourd’hui, les militants des ONG vont jouer ce même rythme lors d’évènements organisés dans le monde entier afin d’appeler les gouvernements à agir pour prévenir l’escalade de la violence et garantir la protection des civils.

Les ONG appellent les gouvernements à:

 Apporter un soutien diplomatique significatif aux acteurs du Nord et du Sud Soudan concernant les questions non résolues telles que le partage des richesses, la définition des frontières et la sécurité.

 Accroître le suivi au niveau international des violations des droits humains au Soudan durant la période précédant les élections en avril et le référendum ; soutenir des mesures pour protéger les civils de la violence potentielle à ces occasions.

 Encourager le Conseil de sécurité des Nations unies à renforcer le mandat de protection des civils de la force de maintien de la paix déployée au Soudan (MINUS), à travers une présence accrue dans les régions reculées et un déploiement rapide de son personnel dans les zones à risques.

Le référendum de 2011 déterminera si la région du Sud Soudan deviendra indépendante du Nord. En l’absence d’efforts internationaux dans les 12 prochains mois pour promouvoir la paix, les experts redoutent que le contexte d’instabilité avant ou après le référendum ne réveille une guerre civile et n’entraine des violations graves des droits humains.

D’après Tawanda Hondora, directeur des programmes Afrique à Amnesty International : «Nous observons déjà une aggravation des violences inter-ethniques dans le Sud du pays tandis que la violence règne toujours au Darfour. L’année 2010 laisse entrevoir de nombreuses menaces aux droits humains au Soudan. Cela peut être évité à condition que les gouvernements agissent maintenant », ajoute-t-il.

« Le 9 janvier est une journée de solidarité en faveur de la paix au Soudan. Nous demandons à nos gouvernements d’assurer dans l’année à venir une voie vers la stabilité du Soudan », selon Haggag Nayel, secrétaire général de la Coalition arabe pour le Darfour.

« Les parties au conflit doivent s’accorder pour éviter de basculer à nouveau dans une guerre », affirme Joël Charny, président de Refugees International. « La communauté internationale doit aussi être en mesure de répondre à l’intensification de la violence, aux attaques contre les civils et aux nouveaux déplacements de population qui auront peut être lieu durant le référendum. Nous connaissons le risque réel d’une reprise des hostilités et nous devons nous préparer à y répondre. »

« Nous demandons vivement aux décideurs internationaux d’être sensibles à la situation des droits de l’Homme au Soudan en 2010 et d’agir pour ne pas retomber dans la spirale de la violence et de l’impunité », déclare Souhayr Belhassen, présidente de la Fédération internationale des ligues des Droits de l’Homme.

« Cette campagne est sans précédent. Des milliers de percussionnistes, issus des groupes les plus célèbres – dont Radiohead, The Police, Pink Floyd, Snow Patrol – ou de communautés militantes des 5 continents se sont unis pour créer un « rythme pour la paix » pour le Soudan. Les 365 prochains jours seront cruciaux pour le Soudan », souligne Jamie Catto, musicien à l’origine du clip vidéo du Rythme pour la paix. « Cet événement global est un appel à l’action adressé aux décideurs internationaux afin qu’ils préviennent la reprise du conflit. »