Soudan : le gouvernement réprime l’opposition unie

La répression fait rage au Soudan. En effet, le gouvernement continue sa répression contre les partis de l’opposition qui refuse le dialogue national institutionnel. C’est ainsi, qu’il a procédé aux premières arrestations ce dimanche.

Les services de sécurité soudanais ont arrêtés dans la nuit de samedi à dimanche, deux figures de l’opposition. Il s’agit de Farouk Abou Issa, le chef des Forces nationales de consensus (NCF) et Amine Makki Madani, un militant de la société civile. Ces arrestations interviennent quatre jours après que les partis de l’opposition ont signé un appel pour renverser le gouvernement.

Union de l’opposition

Le 4 décembre dernier, l’opposition unie comme un seul homme crée « l’Appel du Soudan » à Adiss Abeba. Ce dernier est un accord conjoint signé par la société civile, les Forces nationales de consensus, des rebelles ainsi que le parti el-Oumma en vue de faire tomber le gouvernement et d’instaurer un gouvernement de transition. Farouk Abou Issa et Amine Makki Madani figurent parmi les signataires, ce qui leur a sans doute valu leur arrestation. L’opposition désormais unie par cet accord souhaite avant toute chose, s’élever contre les prochaines élections générales prévues en avril 2015.

Ces arrestations ont suscité l’indignation des différents partis de l’opposition. Ainsi la chef adjointe du parti el-Oumma, Mariam al-Mahdi dénonce « cette mesure absurde du régime ». Elle avait été arrêtée en août dernier et détenue en prison durant un mois. A l’époque, son parti tentait déjà de renverser le pouvoir. La coalition des forces du consensus national exige la libération de Farouk Abou Issa au plus vite ainsi que de tous les détenus politiques.

Omar el-Béchir, qui dirige le pays depuis 25 ans, a annoncé en octobre dernier sa candidature à sa propre succession aux élections générales d’avril 2015. Il est par ailleurs dans le collimateur de la Cour Pénale Internationale (CPI) pour crime de guerre, crimes contre l’humanité et génocide au Darfour.