Soudan : le géant aux pieds d’argile

Le Soudan est le pays d’Afrique le plus étendu. Mais ce géant a du mal à nourrir l’ensemble de sa population. La guerre civile et le régime militaire dictatorial étouffent le pays et empêchent un développement agricole conséquent. Le Soudan a pourtant un fort potentiel naturel qui ne demande qu’à être exploité.

Le Soudan compte 4,8 millions d’habitants, dont 2,1 pour la seule agglomération de Khartoum, la capitale. Le climat est tropical au Sud et aride au Nord. Sur un espace de 2 505 810 km2, 15% seulement des terres cultivables (840 000 ha) sont actuellement exploitées. Le secteur a un fort potentiel, mais l’agriculture ne représente que 40% du PIB. Elle emploie pourtant 80% de la force de travail soudanaise, mais occupe encore une faible place dans l’économie générale du Soudan, faute de rendements conséquents. Le secteur agricole est en outre affaibli par la fixation d’avance du prix des récoltes et par les taux d’intérêt élevés accordés par les banques aux agriculteurs.

Les principales cultures sont le sorgho – qui occupait 48% des terres cultivées en 1996 -, le millet, l’arachide, et les productions du sud sont essentiellement vivrières (bananes, manioc). Le système d’irrigation, hérité de la colonisation britannique est resté sommaire et archaïque, et les réserves en eau potable sont insuffisantes. Malgré un  » réservoir  » à poissons important avec la Mer Rouge, la pêche est encore peu développée, contrairement à l’élevage – 13ème rang mondial pour les bovins, et 16ème rang mondial pour les ovins. Malheureusement le bétail est devenu l’une des principales cibles des guérillas et de l’armée gouvernementale.

Famine : état d’alerte permanent

Ces dix dernières années, les pluies ont été rares et le pays a affronté une terrible famine à l’été 1998 dans la région du Bahr-el-Ghazal. Les conditions d’intervention humanitaires ont été très précaires, car le Soudan a mené jusqu’ici une politique isolationniste et de boycott de l’Occident, laissant mourir de faim sa population. Le Système Mondial d’Information et d’Alerte rapide sur l’Alimentation (SMIAR), classe dans son rapport d’avril 2000, le Soudan dans les 34 pays encore victimes d’urgence alimentaire.

Car même si la situation de la sécurité alimentaire est globalement stable, une aide d’urgence est nécessaire pour quelques 2,4 millions de personnes touchées par la sécheresse et les conflits de longue date. La guerre civile, qui oppose musulmans intégristes du Nord et animistes du Sud, fait rage depuis 16 ans. Aussi longtemps que durera ce conflit, il sera fatal à l’économie du plus grand pays d’Afrique.