Soudan : la CPI appelle l’Afrique du Sud à arrêter Omar el-Béchir

La Cour pénale internationale a appelé les autorités sud-africaines à arrêter le Président soudanais Omar el-Béchir, qui doit participer au sommet de l’Union Africaine qui se tient dans ce pays d’Afrique Australe.

La Cour pénale internationale (CPI) est décidée à mettre la main sur le Président soudanais. Elle a en effet appelé les autorités sud-africaines à arrêter Omar el-Béchir qui doit participer, ce dimanche et demain lundi à Johannesburg à un sommet de l’Union Africaine.

Alors que le sommet de l’Union Africaine était attendu pour ne traiter que des questions de la crise du Burundi et la problématique de l’immigration, voilà qu’un autre sujet, brûlant du reste, vient s’inviter aux débats. Il s’agit d’un communiqué de la CPI publié samedi soir, signé par le président de l’Assemblée des Etats parties à la CPI, le Sénégalais Me Sidiki Kaba, qui « appelle l’Afrique du Sud, qui a toujours contribué à renforcer la Cour, à n’épargner aucun effort pour assurer l’exécution des mandats d’arrêt » contre Omar el-Béchir.

Si les autorités sud-africaines ont refusé de confirmer l’arrivée en Afrique du Sud d’Omar vel-Béchir, la SABC, radio-télévision sud-africaine, a indiqué que le Président soudanais avait été accueilli par des responsables sud-africains et des diplomates soudanais. De son côté, la Suna, agence officielle d’information soudanaise, avait annoncé, ce samedi 13 juin, le départ du président soudanais pour Johannesburg.

Il faut souligner que le Président soudanais est sous le coup de
deux mandats lancés par la CPI, notamment en 2009 pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité et en 2010 pour génocide. Et ces deux mandats sont en relation avec le Darfour. Selon les chiffres de l’ONU, plus de 300 000 personnes sont mortes dans ce conflit.