Soudan du Sud : six militaires sanctionnés par l’ONU

Historique. Le Conseil de sécurité de l’ONU a sanctionné, ce jeudi, six chefs militaires sud-soudanais, des deux camps de la guerre civile. Ils sont visés par des interdictions de voyage et un gel des avoirs.

Un an et demi après le début de la guerre civile qui secoue le Soudan du Sud, le Conseil de sécurité de l’ONU a sanctionné six chefs militaires sud-soudanais. Une grande première dans ce pays. Ces chefs sont visés par des interdictions de voyage et un gel des avoirs. Du côté gouvernemental, le chef de la garde du Président Salva Kiir, Marial Chanuong et Yol Mangok ont été sanctionnés. Ces trois hommes sont accusés d’avoir massacré des centaines de civils d’ethnie Nuer à Juba.

Parmi les six militaires figure Gabriel Jok Riak, accusé d’avoir violé plusieurs cessez-le-feu. Santino Deng Wol fait aussi partie des suspects. Ce général a mené, en mai dernier, une offensive dans l’Etat d’Unité au cours de laquelle des femmes, des enfants et des vieillards ont été massacrés.

Le camp ennemi n’est pas en reste puisque Simon Gatwetch Dual, qui a lancé une offensive dans l’Etat de Jonglei, en février dernier, est également visé par des sanctions onusiennes. James Koang Chuol et Peter Gadet font également partis des militaires sanctionnés.

Ces sanctions ont été souhaitées par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France. L’ONU et l’UNICEF ont par ailleurs publié un rapport relatant les crimes commis par les militaires sur les civils au Soudan du Sud.