Soudan du Sud : Salva Kiir veut « parler » avec Riek Machar

Le Président sud-soudanais, Salva Kiir, a affirmé vouloir discuter avec Riek Machar, auteur présumé du coup d’Etat déjoué mardi. Ce dernier serait « en fuite ».

Le Président sud-soudanais a annoncé ce mercredi vouloir « parler » avec son rival Riek Machar, auteur présumé de la tentative de coup d’Etat ayant provoqué 48 heures de combats dans la capitale, Djouba.

Salva Kiir assure vouloir s’ « asseoir avec lui [Riek Machar] et parler (…) ». « Mais je ne sais pas quels seront les résultats des discussions », a déclaré mercredi le président Kiir, lors d’une conférence de presse à Djouba. Il a néanmoins affirmé que « les gens qui ont tué seront traduits en justice et jugés » et a par ailleurs accusé Riek Machar d’avoir « fui avec les forces qui lui sont loyales ».

« Personne ne peut se faire justice soi-même (…). Ceux qui ont décidé de se faire justice ont été arrêtés et sont en détention », a-t-il ajouté, faisant référence à dix personnalités, dont huit ministres du gouvernement limogé en juillet.

Plus de 400 morts, 800 personnes blessés et 10 000 déplacés

Les hostilités ont fait 73 morts dans les rangs de l’armée, selon le ministre de l’Information, Michael Makuei. Le secrétaire d’Etat à la Santé a évoqué des pertes civiles. Ce dernier n’a pas communiqué de chiffres précis, mais près de 140 personnes auraient été hospitalisés. Les responsables d’hôpitaux évoquent un lourd bilan : entre 400 et 500 cadavres auraient été transportés dans les hôpitaux de Djouba. Le secrétaire général des opérations de maintien de la paix de l’ONU, Hervé Ladsous, a indiqué mardi, devant le Conseil de sécurité, que 800 personnes avaient été blessées dans ces affrontements qui ont démarré dimanche soir. Quant aux réfugiés, pas moins de 10 000 personnes auraient trouvé protection auprès des bases locales de l’ONU.

Les combats ont opposé deux factions rivales de l’armée, les forces fidèles au Président Salva Kiir et celles loyales à Riek Machar.